Yassine Belattar est ce soi-disant humoriste, devenu “pote” avec Emmanuel Macron, et souvent invité sur les plateaux télés pour donner son avis sur tout et sur rien.

Parmi ses derniers messages postés sur Twitter, ce Belattar – qui ne manque jamais une occasion de tancer ceux qui ont l’audace de vouloir que la France reste française – estime que l’équipe de football du Maroc ne devrait pas recruter de “Blancs”.

Souvenez-vous du déluge d’accusations de racisme lorsque certains estimaient que l’équipe de football de France devrait être un peu moins “colorée”.

Selon que vous serez Français ou proviendrez d’un autre continent, vous aurez donc le droit ou non de souhaiter que l’équipe de football de votre nation ressemble à sa population de souche.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. Malheureusement il y a encore une grande majorité de Français d’un coefficient moins 100 qui vont applaudir cette lie de caniveau; tout comme ils sont la bouche ouverte avec l’autre six bouses.
    Le Français est con; il restera con jusqu’à ce qu’il ait la gorge tranchée et encore là il aura le “sourire” kabyle.

    • J avais dans les 10ans quand les 1er pn arrivaient dans ma cite ,,me demandais qui etaient ces imbus d eux meme ,,,puis vint leurs “potes “(qu ils emploient toujours en priorite dans leurs commerces ,,segreg positive ex hyper csher )les 1er cpf ,leurs minois ,manies regards ,aura m ont repulse ,pour nos femmes c est encore pire ;quand je vois les facies de l article ,,comme dit jim ,je vais gerber mon gervita ,,,

    • L’Islam n’est pas une religion, ni un culte. Dans sa forme, c’est un mode de vie
      complet.
      L’Islam a des composantes religieuses, légales, politiques, économiques, sociales
      et militaires. La composante religieuse sert à masquer toutes les autres.
      L’islamisation d’un pays débute lorsqu’il y a suffisamment de musulmans à
      l’intérieur du pays pour commencer à revendiquer des accommodements religieux.
      Lorsque les sociétés ouvertes à la diversité culturelle, à la rectitude politique
      et à la tolérance consentent aux demandes d’accommodements religieuses provenant
      de leurs communautés musulmanes, les autres composantes s’infiltrent
      progressivement.
      Voici comment ça fonctionne. Aussi longtemps que la population musulmane demeure
      autour ou inférieure à 2 %, peu importe le pays, elle sera perçue comme étant
      une minorité pacifique, et non comme une menace par les autres citoyens.