La nouvelle est passée sous silence dans les grand médias italien du système mais le quotidien de la droite nationale Il secolo d’Italia en parle : à Milan des dizaines de migrants africains, la nuit de Noël, ont pris d’assaut le centre d’accueil proche de la gare centrale.

« De nombreux citoyens nous parvient  la signalisation de désordres survenus la nuit de Noël dans le centre social de via Sammartini, a dénoncé le président du comité Greco 2.0, Alessio Fasano. Malheureusement il y a des mois de ça a été soulevé le problème de la cohabitation entre les résidents et les migrants et de la gestion de la présence de ces derniers à l’intérieur du centre mais les autorités municipales n’ont pris encore aucune mesure décisive pour ramener la situation dans les limites de la normalité. Une attitude laxiste qui continue dans le temps en comptant sur la civilité de la communauté locale qui il est vrai n’a pas l’habitude de descendre dans la rue pour protester et dans ce cas particulier en espérant que la pause de Noël fasse passer sous silence l’énième épisode préoccupant survenu en ce lieu. »

Selon la reconstitution de la police, un groupe d’une dizaine de Gambiens s’est vu nier l’entrée du centre puisque leur présence n’était plus possible car ils avaient déjà créé des problèmes. Les immigrés ont démarré une révolte, en renversant des poubelles et lançant des bouteilles. Les agents de la police locale sont intervenus pour calmer les esprits.

L’ex-maire adjoint de Milan, Riccardo De Corato, responsable régional de Fratelli d’Italia, et la conseillère municipale de Forza Italia, Silvia Sardone ont pris position : le centre « est devenu un bubon porteur de désordres déjà survenus dans le passé » ont-il affirmé et ils ont attiré l’attention sur « les conditions d’extrême dégradation de l’aire et du désagrément que subissent chaque jour les résidents de la zone. »

L’immigration-invasion, une chance pour l’Europe, vraiment ?

Francesca de Villasmundo

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

42 commentaires

  1. Eh bien, comme je le vois, sous votre plume acérée et menteuse, vous ne manquez pas de diaboliser les immigrants. Ce ne sont pas des anges, mais les carabiniers non plus ! http://www.lefigaro.fr/international/2016/09/29/01003-20160929ARTFIG00190-migrants-la-situation-critique-des-centres-d-accueil-italiens.php

    • Comme vous avez raison.
      D’ailleurs, vous ne dites jamais que la Vérité, toute la Vérité, rien que la Vérité.
      D’ailleurs, pour vous venir en aide, le « bon » pape François ira faire le tour des popotes à Milan ; il donnera des bisous sur les fronts des uns et des autres.
      Grâce à vous, grâce à lui, grâce à vos pareils, l’avenir de l’Europe sera métissé et radieux. Chacun, les larmes aux yeux, viendra vous en remercier.

      • Dire toujours la vérité ? Je m’efforce de la dire du mieux que je puisse, oui. Oui, François est un bon pape qui fait partie des Modernes dans certaines de ses actions ; les jésuites sont arrivés sur le trône de St Pierre, alors chacun son tour. Et le métissage existe déjà d’ailleurs : ainsi, la langue française est constituée en grande partie de racines grecques, latines, celtes : « cat » est aussi du vieux normand, et il a donné  »chat » en français et  »cat » en anglais ; depuis le Moyen-Âge (vous qui aimez cette époque bénite par l’obscurantisme, bien qu’il s’y trouve de jolie réflexions sur la religion), nous utilisons le mot « chiffre » (et pas que le mot) qui est arabe.

        Pas besoin de moi, pour le métissage, donc. Et puis de toutes façons, toute civilisation est vouée à s’adapter pour survivre, alors le métissage est utile, ne vous en déplaise, mon chéri. ❤❤

        • elliot bobo gauchiasse voila ce que vous etes en plus d etre un traitre envers la france vive marine ou qui d autre pour nous débarrasser de bien pensant débile comme vous

          • Peut-on être un traitre linguistique ? Ce qu’il dit est largement vrai mais d’aucun intérêt immédiat. godo, vous me faites penser au boucher Legendre, celui qui a fait mettre la terreur sur l’ordre du jour de la Convention.

          • Eliott says:

            Mon cher, c’est trop d’honneur que vous me faites en répondant. 😉 Mais une réponse plus constructive aurait été attendu ; comme quoi, parmi celles et ceux qui votent pour Madame Le Pen, il y a des mous du bulbes comme vous.

            Je suis un bobo gauchiasse et je vous emmerde, ha ha ! ❤❤

        • Tu ne pourras pas te réveiller car parmi tous tes protégés il y en aura au moins un qui t’aura coupé la tête. N’oublie pas que parmi eux il y en a beaucoup des fous de D’Allah dont le seul but pour gagner le paradis est de tuer au moins un mécréant dont tu fais partie.Réveille-toi donc avant qu’il ne soit trop tard.Ce ne sont pas hélas des asiatiques qui, eux, n’exigent pas la construction de pagodes et qui ne nous imposent pas leurs façons de vivre du 7ème siècle….

          • Eliott says:

            Vous savez, les croisés égorgeaient des musulmans et leurs but était le même comme ils étaient fous de Dieu ; pour ce qui est d’imposer sa culture, nous l’avions fait durant les colonisations et évangélisations. Les erreurs se répètent, malheureusement…

      • Eliot est un troll.
        Inutile de lui répondre…

  2. Vos lumières (culturelles et moralisatrices) nous éclairent toujours : on ne se lasse pas d’apprendre en vous lisant.

  3. Desolé Elliot le moyen age a été une époque bénie pour nous les femmes ,les plantes medicinales ,les legumes anciens, les liqueurs.L’ ecriture, le travail, et beaucoup de chosee le respect de la nature.CE n’ est pas aux peuples de s’adapter au metissage voyez les etats unis.Je vous conseillerai d’ habiter a Los angeles par exemple.Vive le ROY

    • Pas tant que çà. Concernant la science c’était même plutôt un âge sombre.

      • Avec les moyens du bord, en matière de sciences et techniques, cette période n’est pas un âge sombre.
        C’est le discours conventionnel et politique des « lumières » qui prétend ça.

        • Du tout. Ce sont les catholiques qui se raccrochent à cette idée. Fausse au demeurant.
          La science prendra son essor véritablement à la fin du moyen âge justement.

          • " Pour le coup " says:

            Posts lapidaires typiques de la culture internet anglosaxonne et de plus discriminatoire …
            Le Moyen-age a contribué largement à la pensée scientifique .
            Un exemple parmi tant d’autres :
            http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=3&ved=0ahUKEwi4h662lJfRAhXCSBQKHfYuBhkQFggjMAI&url=http%3A%2F%2Fwww.histoire-france.net%2Fmoyen%2Ftechnique-science&usg=AFQjCNGqQl206hqUnR4ceKwAEWzWNpdkhw

            MCF 68 , quel intérêt vous pousse à garder la nationalité francaise ?
            Expliquez – nous !

            • Quand au moyen âge « âge d’or de la science » c’est une thèse que seuls les croyants défendent. Ce n’était pas une époque morte loin de là. Mais il y eut peu de découvertes ou d’inventions spectaculaires, de celles qui ouvrent de nouveaux horizons à l’humanité, comme l’invention, au XVIIIe siècle, de la machine à vapeur ou de l’électricité.
              Puisque pour le savant médiéval, est scientifique ce qui est logiquement démontrable : l’approche expérimentale reste très ambiguë et sujette à caution. Notre savant couple étroitement science profane et science religieuse, la première restant de toute façon subordonnée à la seconde. Pour lui, le ciel seul est parfait c’est-à-dire immuable et non susceptible d’évolution ; le système du monde est organisé à partir du cercle qui traduit cette perfection.
              L’époque fut-elle donc celle d’un « clair obscur scientifique » ? Une partie de la réponse tient sans doute au statut même du savant médiéval qui est la plupart du temps un homme d’Église: c’est un fait social. Sans être nécessairement un homme d’appareil, il intériorise une foi profonde : c’est un fait culturel.

              Cette foi ne peut être questionnée sans déchirement : « Si notre foi est douteuse, alors notre espérance est vaine » tonnera Saint Bernard. Pour notre savant, l’effort d’explication, aussi profond et sincère soit-il, ne peut donc s’affranchir de cette foi qui estime pouvoir éclairer tant la méthode que l’objet même de la recherche. Dans ces conditions, sortir de la lettre des textes sacrés, c’est risquer de passer en « apesanteur » car le bagage intellectuel alternatif est trop léger.

              Rendre plus dense ce bagage requiert un rare courage. Peu en seront capables : ils en paieront le prix fort.

              • " Pour le coup " says:

                Pourquoi recopiez – vous l’introduction du lien , pour noyer le poisson et ne pas répondre aux questions ….?
                Voici la conclusion du lien … trop intéressante pour que vous la citiez :
                L’épanouissement scientifique ultérieur sera en partie initié par les acquis réels du Moyen – Age alors inscrits dans une autre logique qui leur donnera une valeur significative sans commune mesure : la sécularisation .
                Ce sera alors la Renaissance , objet d’une prochaine tribune libre.
                Source : les sciences exactes.
                J F Gazin

                • Du tout, J’ai eu quelques soucis avec mes commentaires hier soir. La conclusion se résume à une seule phrase. Et ne remet en cause l’ensemble de l’article.

                  • " Pour le coup " says:

                    Du tout .
                    La conclusion de l’article répond à la problématique que vous soulevez en niant l’âge d’or que fut le Moyen-Age .
                    Elle est très convaincante dans l’affirmation de l’importance de cette époque de l’histoire sur la pensée scientifique .

          • La science naturelle s’est arrogé le nom de science tout court, non seulement en français et en anglais mais en allemand aussi (Wissenschaft au lieu de Naturwissenschaft). L’arrogance mène à la décadence, la décheance, la chute ; voir l’Église (pas pour la première fois).

            • Question révolte çà fait un moment qu’elle est passée.
              L’Occident est passé du moyen âge chrétien où il était inscrit dans une tradition d’ordre à une tradition du nouveau avec la Renaissance et les Temps Modernes. Dans cette nouvelle représentation du monde, la première caractéristique est l’accent mis sur l’individu qui devient le centre, place réservée auparavant à Dieu. La modernité se base donc sur ce concept abstrait de l’individu, fondé sur la prééminence des valeurs de la raison se suffisant à elle-même. Selon cette conception l’homme, par sa seule raison, sait ce qui est le mieux pour lui et peut donc décider tout seul de son avenir.
              J’avoue que je ne vois pas bien en quoi la science d’aujourd’hui nous ferait perdre notre âme.

      • benorun974 says:

        Mais oui bien sûr, on voit où nous mène la science d’aujourd’hui: révolte contre Dieu et sa création. La science actuelle est par essence satanique et ne sait même pas nous expliquer d’où l’on vient avec leurs théories fumeuses. Celle du moyen âge était beaucoup plus en avance que vous ne le pensez, en tout cas beaucoup plus sage. Les avancés technologiques et médicales, très bien , mais si c’est pour y perdre son âme….

  4. martin bruno says:

    eliot gauchiste de merde et traitre a la france

    • benorun974 says:

      Faut arrêter de répondre à ce charlot. Il fait exprès de nous provoquer.

      • bien dit beno ,,lui le pamino et autre mc68 ,,des nuisances comme certains insectes ,,,les ignorer

        • « Mes aînés affirmaient: « Croire c’est Ignorer ». Et, à leur exemple, je vis paisiblement sans croire (tu devrais essayer, c’est enrichissant). Je m’efforce tous les jours d’accroître le champ de mes connaissances… vaste programme. Essaye de te poser différemment les questions; au lieu de dire « je crois », demande-toi « je sais » ou « je ne sais pas », « c’est vrai » ou ce n’est pas vrai »

          • Au contraire, « Croire, … c’est Connaître » !
            C’est Le connaître enfin.
            Car Il est venu pour nous le dire.
            Et s’Il n’était pas venu,
            on ne pourrait pas Le connaître.

            Au lieu d’affirmer : « c’est Ignorer »,
            envisagez de dire :
            « je ne sais PAS si c’est ignorer ! ».

            Car la connaissance peut venir d’un Autre,
            et pas seulement de sa seule raison à soi.

            Qu’est ce qui vous permet d’affirmer
            que la connaissance ne peut pas venir d’un Autre ?

            Même dans le domaine scientifique, on est obligé
            de croire pour entreprendre des recherches.
            Et puis quand on a fini ses recherches,
            on se demande soi-même s’il faut y croire !

            Il y a 130 ans, un chimiste réputé,
            Marcellin Berthelot, grand bouffeur de curés,
            ne croyait pas … à l’existence des atomes !
            et barrait la route à ceux qui osaient y croire,
            tellement il avait le cœur sec,
            et était fermé à l’intuition.

            Il est tenu, aujourd’hui, pour un fieffé mandarin !

            • C’est par croire que les hommes sont esclaves. Réfléchir, c’est nier ce que l’on croit.
              Il y a a eu des scientifiques croyants pas tellement plus doués concernant l’existence des atomes. Mais concernant ses travaux il reste un très grand nom de la chimie.

              • trop-bon says:

                Et bien moi je crois que vous êtes jaloux de ceux qui ont la foi .
                L’esclave n’est pas celui que vous croyez .
                Dieu nous laisse la liberté de croire .

                • Jaloux en quoi ?
                  Du point de vue scientifique ce qui est dérangeant pour moi c’est de s’abriter derrière la foi pour nier des réalités scientifiques.

          • LaIl théorie du Big-bang « a été initialement proposé en 1927 par le chanoine catholique belge Georges Lemaître3, qui décrivait dans les grandes lignes l’expansion de l’Univers ».
            C’était un clerc carolo. enseignant à l’université catholique de Louvain.
            A l’époque, les clercs étaient généralement croyants et fiers de l’être.

            • Tout à fait exact. J’ai déjà dit et écrit qu’être croyant ne fait pas de vous un mauvais scientifique. Tout comme le fait d’être athée.
              Dois je comprendre de votre dernière phrase qu’aujourd’hui ils ne sont plus fiers d’êtres croyants ?

        • Eliott says:

          Oh… Mon pauvre chouchou, vous êtes tout triste. Un mouchoir ? ❤

      • Bonne remarque.
        Pas de réponse ou de l’ironie. Quand elle est très obséquieuse, ça le perturbe.

        • Eliott says:

          Non, pas du tout : en fait, j’étais dans la fin de mes congés donc j’ai pris du temps pour moi ; mais je n’aurais rien put lui répondre car Martin Bruno n’a aucune valeur à mes yeux avec des mots pareils donc je l’ignore.

          Bisous Martin ! Je suis gauchiasse de merde et traitre à la France, et je vous emmerde, ha ha ! ❤❤

  5. Le métissage culturel et-il vraiment la voie idéale pour l’Humanité. N’est-il pas un facteur de confrontation ? Ne favorise t-il pas les ambitions de domination ? Le métissage n’aboutit-il pas, dans la meilleure des perspectives, à un monde uniformisé, robotisé, soumis à une minorité ? L’humanité n’est-elle pas détournée de son épanouissement potentiel qui se concrétise par le développement du respect mutuel qui ne peut survenir par la perte de diversité culturelle de chaque peuple ? Pour réussir à se libérer de la relation dominant/dominé qui affecte toujours le genre humain, il appartient à chaque peuple de se se développer spirituellement à partir de sa culture, sans être agressé, colonisé, …, à d’autres. La mondialisation peut favoriser les relations fructueuses et solidaires, à condition que chacun se sente respecté par l’autre. Pour que l’enfer, ce ne soit plus les autres, le métissage culturel qui, de nos jours, se manifeste par le totalitarisme sanguinaire et rétrograde islamiste, n’apparaît nullement comme la voie idéale.

    • « La mondialisation peut favoriser les relations fructueuses et solidaires, à condition que chacun se sente respecté par l’autre. » C’est probablement ce qui a été entendu par le président Senghor, membre de l’Académie, en introduisant l’étude obligatoires du grec et du latin dans les lycées du Sénégal, pays qui a commencé son cahier de doléances en 1789 avec les paroles: «Nous, Nègres et Français […] ».

  6. Renard066 says:

    Réveil français la république française est en danger et nos valeurs HONTE à HOLLAND et VALL et ce gouvernement HONTE aux DIKTATS de L’ EUROPE et ces politiciens nous français de sang nous sommes chômages pourquoi « Nous ne pouvons accueillir toutes la misère du Monde  » qu’il reste dans leur pays de sang eux . Vivement un très très grand changement pour la FRANCE en 2017…..

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

27,10 % récoltés 30.618 € manquants

11382 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 30.618 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com