Selon les dernières données du FMI, il y aura en 2018 10 pays qui connaîtront la récession, à savoir une baisse de leur PIB ou, pour simplifier, un taux de croissance négatif. Le pays le plus touché est le Venezuela (-18 %), qui n’en finit pas de sombrer dans la crise. En seconde position, la Guinée équatoriale continue sa longue dégringolade avec une chute du PIB à -7.8 % (ce qui fait une chute totale de 18,9 % depuis 2015…). En troisième position, le Nicaragua, qui perd 4 % suite aux tensions sociales contre le régime de l’ex-dictateur communiste José Daniel Ortega Saavedra (308 morts, les vieilles méthodes perdurent…). Vient ensuite le Soudan du Sud, en proie à la guerre civile, qui perd 3.3 % de PIB, son voisin septentrional, le Soudan, ne se porte guère mieux avec une perte de 2.3 %. Entre les deux, l’Argentine, qui rejoue « le tango du PIB » (deux points en avant, deux points en arrière) et est cette fois dans la phase récessive avec une perte de 2,6 %. Les sanctions américaines ont plombé l’économie de l’Iran qui perd 1,5 % de PIB. Autre pays frappé par des sanctions économiques se répercutant sur le PIB, la Palestine, dont la croissance est négative à un niveau de 1.3%. Les deux autres pays à la baisse sont la Papouasie-Nouvelle-Guinée (-1.1 %) et l’Angola (-0.1%).

En matière de croissance, la Libye se reconstruit et affiche une croissance record de 31,2 % pour l’année 2018, ce qui signifie que son PIB s’est accru de près d’un tiers en un an ! Les autres pays sont dans des fourchettes plus raisonnables, mais avec une forte croissance en Asie et en Afrique. 5 pays africains dépassent ainsi les 6 % de croissance : Ghana (8.9 %), Ethiopie (8.5 %), Côte d’Ivoire (7.3 %), Sénégal (7 %) et Bénin (6 %).

En ce qui concerne les BRICS, les résultats sont mitigés. L’Inde et la Chine poursuivent leur croissance (+7.3 % pour l’Inde qui dépasse la France, + 6.6 % pour la Chine), mais pour les trois autres, les résultats sont mitigés : la Russie est à 1.7 %, le Brésil à 1.4 % et l’Afrique du Sud à 1.1%.  Pour les MINT, dont on prédit une croissance prochaine, le Mexique est à 1.9 %, l’Indonésie à 5.3 %, le Nigeria à 1.9 % et la Turquie à 3,5 %.

L’Indonésie fait également partie des « Tigres », les puissances asiatiques de la 3e génération. Il y a quatre autres tigres : la Malaisie (+ 4.8 %), le Vietnam (+ 6.3 %), la Thaïlande (+ 3.5 %) et les Philippines (+ 6.7 %). A la porte des tigres frappe le Bangladesh qui cette année affiche encore une croissance de 7 %. Le Cambodge connaît une croissance de 6.8 %, le Laos de 6,9 %, le Sri Lanka de 4.8 % et le Myanmar de 7,6 %. C’est toute l’Asie allant de la péninsule indienne à l’Indochine et à l’Insulinde qui décolle économiquement. Ainsi, le Népal est à 5 % de croissance et le Bhoutan atteint même 11,2 % ! Le Pakistan a une croissance soutenue (+ 5.6 %) et les Maldives ne sont pas décrochées (4,7 %).

A l’autre bout du globe, en Amérique latine, les tigres s’appellent les jaguars. Outre le Mexique, on y compte l’Argentine, le Chili (+2.5 %) et la Colombie (2.8 %). Notons que si certaines sources donnent pour l’Argentine une récession de -2.6 %, d’autres donne une croissance de + 2.5%. La source donnant une récession en Argentine donne également le Chili à +4 % et le Pérou à 4,1 %. Cette divergence de chiffres, pourtant censés venir de la même source (le FMI), est probablement dû à la période prise en compte (inclure ou non les prévisions des 3e et 4e trimestres 2018).

En ce qui concerne la vieille Europe, les résultats, s’ils ne sont pas catastrophiques, sont très médiocres, ce qui est hélas le cas des nations ayant atteint le maximum en matière de développement économique. Voici le taux de croissances des 30 premières puissances mondiales non encore citées :

Japon (+ 0.7 %), Allemagne (+1.8 %), France (+ 1.8 %), Royaume-Uni (+ 1.5 %), Italie (+ 1.1 %), Corée du Sud (+ 3 %), Australie, Espagne (+ 2.5%), Pays-Bas (+ 2.6%), Arabie Saoudite (+1.1%), Suisse (+1.3%), Taïwan (+1.9 %), Suède (+2.4 %), Pologne (+3.3 %), Belgique (+1.6 %), Autriche (+1.9 %), Norvège (+1.6 %), Emirats Arabes Unis (+3.4%).

On terminera par quelques pays tests, comme Israël (+3.4 %), la Hongrie (+3.4 %), la Nouvelle-Zélande (+3 %), l’Egypte (+4.5%), l’Algérie (+0.8%), la République Démocratique du Congo (+3%), le Qatar (+3.1 %), l’Islande (+ 3.3 %), le Portugal (+2 %) ou la Grèce (+2.6 %). L’enfer sur terre qu’est Haïti connaît un taux de croissance à 3 %.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. le Pérou à 4,1 %…???? les chiffres du FMI sont bidons !!

    • C’est facile de monter de 4,1 % quand on part de très bas. Comme je disais à un de mes filles qui était passés de 1/20 à 5/20 en orthographe : “fabuleux, ta moyenne s’est accrue de 400 % !”

  2. “En troisième position, le Nicaragua, qui perd 4 % suite aux tensions sociales contre le régime de l’ex-dictateur communiste José Daniel Ortega Saavedra (308 morts, les vieilles méthodes perdurent…).”

    M. Xiep vous pratiquez la désinformation (comme Franceinfo, les contraires se rejoignent dans la désinformation) concernant la situation au Nicaragua (et au Venezuela). Le Nicaragua a été victime d’une tentative de changement de régime initié par Washington. Avant ce soulèvement piloté de l’extérieur, le Nicaragua était un pays prospère, ce qui enrageait l’oligarchie étasunienne. Pour en savoir plus, lisez les articles du site Réseau International.

  3. de la croix Guy says:

    Tout cela c’est du bidon et ne veut somment rien dire du tout..; les sources de l’info sont elle mêmes bidons aussi..

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

2350 récoltés 32.650 € manquants

2350 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 32.650 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !