« Neu beginnen »,nouveau départ’ est le nom de l’initiative lancée par le diocèse d’Innsbruck pour les divorcés remariés civilement. A la tête de cette commission ‘pastorale’, un couple irrégulier. Et, au terme du parcours, chacun prendra la décision d’accéder ou non à la communion.

Ce ‘nouveau départ’ inventé par les autorités ecclésiastiques d’Innsbruck, et fondé sur l’encyclique Amoris Laetitia, se veut « un chemin » pour accompagner les divorcés remariés ou concubins jusqu’au sacrement de l’Eucharistie. Le projet, qui débutera au printemps, a été présenté par l’évêque en personne, Mgr Hermann Glettler, et trois de ses collaborateurs, le 25 janvier dernier. La démarche comprend 4 rencontres au sein d’un séminaire avec un « pasteur d’âme » assisté d’un couple irrégulier.

Mgr Gletter a soutenu cette initiative en arguant qu’il faut « écouter et apprendre de ceux qui ont fait naufrage et ont vécu un nouveau départ ». De quel ‘nouveau départ’ parle donc le prélat ? D’un départ dans la prise de conscience qu’il faut rester fidèle au mariage, nonobstant les difficultés, et donc vivre dans la continence ? Oh que non ! Ça c’était les règles d’avant… avant l’ouverture à l’homme moderne et aux modes contemporaines, avant la gradualité du péché, avant le subjectivisme érigé en règle de vie et de morale,… toutes nouveautés préconisées, célébrées, prescrites par le concile Vatican II.

Le ‘nouveau départ’ sur lequel s’épanche Mgr Gletter est la nouvelle union concubine des divorcés : le parcours du séminaire se terminera par la proposition d’« une célébration du pardon » suivie d’une bénédiction. Il s’agit ni plus ni moins que de bénir la nouvelle union, qui ne peut évidemment pas être considérée un mariage sacramentel, mais qui veut en avoir l’aspect. Personne ne parle d’ailleurs d’un chemin de discernement pour vivre la nouvelle situation dans la continence.

Et puisque les autorités ecclésiastiques officielles bénissent, en contradiction avec la véritable doctrine catholique, ces unions irrégulières, il est indubitable que les couples présents à ces séminaires demanderont, dans une continuité logique, d’avoir accès à la communion. Et en effet, Mgr Gletter a évoqué la question :

« Nous voulons nous éloigner de cette fixation sur la question concernant l’admission à la communion. Après un temps de discernement et de pardon mûri, –les 4 rencontres du parcours « Neu beginnen » sont organisées dans ce but-, les personnes impliquées et les couples doivent décider par eux-mêmes s’ils veulent recevoir la communion ou non. Pour chaque option il y a de bons motifs. Nous voulons prendre au sérieux la décision de conscience des hommes. »

Cette question de la communion aux divorcés remariés est une nouvelle preuve qui souligne la rupture consommée entre la Tradition de l’Eglise et l’Église conciliaire et sa nouvelle religion néo-protestante et néo-moderniste issue du dernier Concile.

Pendant 2000 ans, l’Église catholique a témoigné de l’indissolubilité du mariage sacramentel, et tel est le seul enseignement catholique. Toutes les permissivités conciliaires d’aujourd’hui par rapport aux unions irrégulières et à la communion aux divorcés remariés civilement, quoi qu’elles puissent être concédées noires sur blanc par le pape lui-même dans une encyclique, ne sont pas orthodoxes ni légitimes.

Mgr Lefebvre, l’évêque de la Tradition, rappelait à ses séminaristes en 1971 que pour discerner la vérité il faut s’en remettre à la Tradition :

« la tradition est la règle parce que c’est Notre Seigneur qui nous a donné la Révélation et donc il faut se référer à Notre Seigneur, il faut se référer à la Révélation, il faut se référer aux Pères de l’Église, il faut se référer à la Tradition de l’Église, il faut se référer au magistère de l’Église. C’est comme ça qu’on connaît la vérité des choses… »

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

YouTube supprime définitivement la chaine de MPI – Aidez-nous !

Le 6 octobre 2021, Youtube nous a envoyé un email pour nous signifier la fermeture de notre chaine Youtube.

Voici des donc des milliers de vidéos, des centaines d’heures de films qui disparaissent, sans compter la disparition de nos dizaines de milliers d’abonnés que nous avions.

Cette censure intervient également après la fermeture de notre page Facebook et notre déréférencement par Google. Mais ces attaques ne seront pas les dernières.

Nous avons également reçu un email de Google nous indiquant que les recettes publicitaires cesseraient à coompter du mois de décembre pour tout site mettant en doute le changement climatique…

Ils nous faut donc développer d’autres outils, d’autres façons d’atteindre nos lecteurs. Et ce sont des investissements lourds.

Aidez-nous, nous avons besoin de vous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

%d blogueurs aiment cette page :