Nous, les survivants …

«  J’irais cracher sur vos tombes ! » (Boris Vian ).

Quant en 1996  Marie Darrieussecq , publia  son roman « Truismes », n’ayant jamais fréquenté ce genre de personne, je découvris avec étonnement, le désir d’une femme de devenir une cochonne, et si la Bible recommande de « ne point jeter les perles devant les porcs » j’en déduisis qu’il ne fallait pas non plus les jeter devant les truies ! Si donc aujourd’hui  Geneviève Darrieussecq n’a peut-être aucune parenté avec son homonyme  porcine, la recommandation religieuse m’est tout de même revenue  l’esprit en lisant ses déclarations presque aussi imbéciles que celles de Madame Parly  dont elle est la subordonnée , et dont je ne sais plus quel ignorantin  l’a nommée Ministre des armées. Mais comme Dieu sait tirer le bien du mal, je  dois à cette super cantinière une décision d’importance !

Figurez-vous qu’ayant quitté le Front National quand je m’aperçus que  Le Pen n’aimait point  les Paysans, je n’ai jamais voté pour Marine Le Pen  étant donné que son père l’avait faite élire pour le continuer avec quelque astuces électorales qui ne me plaisent pas. Madame Parly  m’a ramené à  la raison qui veut que l’on évite le pire. Je voterais donc demain pour Marine afin ne pas subir une armée qui comme hier, sous le Gaullisme, désarma les Harkis pour les livrer aux Fellaghas.

Des Poilus survivants , Clémenceau  avait dit : « Ils ont des droits sur nous ! ». Mais  Madame Parly à jugé que nous n’avions vécu que pour enfiler des charentaise, et à vrai dire on  croyait cette insulte rétribuée  indépassable en sottise. Et bien il y  à eu presque pire !

Avec Monsieur Carmouze  journaliste  qui dépose chaque semaine son petit caca Verbeux dans une feuille centriste des Pyrénées-Atlantiques,  je suis, avec mes camarades survivants qui ont manifesté quelque inquiétude devant la façon où l’on égorge dans nos rues,  quelque chose  parait- il, comme« un bouffon de troisième Zone »,  un «  profiteur de guerres éteintes »,  et « un embusqué déguisé en soldat ! » C’est vrai que je devrais traiter avec dédain cette espèce de Mylord  l’arsouille , mais une balle Viet, à deux centimètres du cœur a du me laisser quelque chose de soldatesque, car je ne sais pas toujours  me contenir pour ne pas traiter de salaud une éminente Salope.

Or  l’éminent bavasseur centriste, qui, en fait de guerre, n’a du entendre siffler que les balles de Tennis, en est là qu’il souhaiterait que le Général Lecointre, chef d’état-Major de nos armées ait le pouvoir de supprimer la retraite des anciens combattants qui continuent d’avoir le souci de leur Patrie et qui le disent. C’est ainsi qu’il traite de bravaches  le général Boulanger (Qui fut 5 fois blessé, dans ses combats) et le Maréchal Pétain ( dont  même Léon Blum avait dit qu’il était «  le plus humain de nos chefs » !) Il ajoute que nous ne comprenons rien à l’évolution de notre société,   que nous rêvons de guerre civile, et que nous serions des matamores et des « incompétents »  car Marine le Pen  nous « emboiterait le pas » !  Là réside son inquiétude et là je  puis le comprendre !

Je pense que si les élections confirmaient la montée du mouvement national,  le citoyen Carmouze ne trouverait guère que du papier hygiénique pour y écrire sa dinguerie d’énuque prétentieux ! Mais quand à nous pour l’instant, comme l’eut dit Cyrano, et devant la république des « histrions » dénoncée par Malraux : « On ne refuse pas l’honneur d’être une cible ! »

 Alexis Arette, Paysan, combattant volontaire, invalide de guerre.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :