Hubert Falco, le maire de Toulon, est également le président de la métropole toulonnaise, dont fait partie Saint-Mandrier-sur-Mer, là où est basé le commando Hubert, unité d’élite de la Marine française dont faisaient partie les deux soldats tués au Bénin lors de l’opération de libération des deux otages français. Falco s’est insurgé contre l’accueil solennel, repris en boucle par les médias, des deux ex-otages, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, par le président Emmanuel Macron :

“Nos seuls compatriotes qui méritent aujourd’hui l’hommage de la Nation, ce sont nos deux héros, #CedricdePierrepont et #AlainBertoncello, nos deux soldats varois morts au combat, pour sauver la vie de touristes inconscients !”, a écrit l’élu sur Twitter. Avant d’ajouter dans un autre message : “Si on se félicite bien sûr de la libération de deux compatriotes retenus en otage, on ne peut cautionner l’accueil solennel envisagé par les autorités à Villacoublay, le président de la République en tête”, a-t-il ajouté dans un autre tweet. “Ces deux personnes (ndlr : les touristes) se sont aventurées dans une zone dangereuse, vivement déconseillée par le Quai d’Orsay. Ministère dont le ministre envisage pourtant d’être présent aux côtés du président de la République pour accueillir les otages libérés !”, a-t-il encore écrit.

Cet accueil solennel de ces deux hommes, dont les actions inconscientes et égoïstes ont entraîné la mort des deux soldats français, est en effet choquant et révélateur de la communication macronnienne sans scrupule : tout est bon à prendre pour redorer un blason terni et passer à la télé ! Opération politique au profit de Macron et de son image médiatique…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

14 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires