De retour du Liban, mardi soir 21 février, Marine Le Pen se retrouvait convoqué, par simple mail, le lendemain mercredi 22 février à 14 h pour être entendue dans l‘affaire des assistants des députés au parlement européen.

Elle a refusé de ce rendre à cette convocation de la police. Elle a communiqué à l’AFP que

“comme pendant les régionales, je ne répondrai pas pendant la campagne électorale. Cette période ne permettant ni la neutralité ni la sérénité nécessaire au fonctionnement correct de la justice.”

Me Rodolphe Bosselut, son avocat à quant à lui expliqué à LCI :

“Marine Le Pen considère que cette convocation, dans des formes extrêmement précipitées, n’est pas conforme à un principe essentiel, qui veut que, pendant un rendez-vous électoral important, il y ait une trêve judiciaire. Il faut que ces auditions aient lieu après les élections”.

“Je rappelle que la convocation est intervenue le mardi 21 février, dans la journée, par un envoi de mails, dont Madame Le Pen ne prendra connaissance que le soir de son retour du Liban, dont le voyage était de notoriété publique, pour être convoquée le lendemain mercredi 22 février à 14h” “Ce sont, quand même, des manières judiciaires un peu brutales et je pense que la sérénité de la justice s’impose. L’’investigation doit se faire dans un climat apaisé, sans récupération politique, et sans interférer dans le processus démocratique”. 

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

23 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :