Lors d’une conférence de presse, le ministre de la santé de l’Allemagne, Jens Spahn, a admis qu’environ 16 millions de doses de Moderna pourraient expirer au premier trimestre de l’année prochaine si elles ne sont pas utilisées. Les Allemands qui se font vacciner et revacciner ne veulent que Pfizer. Aussi Spahn s’est reconverti en vendeur de troisième classe : choisissez Moderna « c’est la Rolls Royce des vaccins, Pfizer c’est uniquement Mercedes », a-t-il exhorté ses concitoyens. Une attitude qui trahit quelque chose comme le désespoir : peut-être devront-ils payer des pénalités s’ils ne consomment pas les quotas prévus ?

Spahn, le ministre sortant qui va disparaître de la scène, est aussi celui qui a affirmé que les Allemands en février seront « soit guéris, soit vaccinés, soit morts ». Mais ensuite, il a avoué la raison de son terrorisme : « Nos stocks de BioNTech s’épuisent si vite que la semaine prochaine, nous ne pourrons pas distribuer plus de 2-3 millions de doses par semaine. » « Malheureusement, l’impression est que nous n’insisterons sur Moderna que pour éviter l’expiration de ces vaccins au premier trimestre 2022 », a déclaré Spahn.

C’est pratiquement un aveu. A tel point que les mastodontes allemands comme Die Welt lui ont reproché de se comporter comme un enfant.

On se demande si la quatrième vague allemande n’a pas été, sinon inventée, exagérée pour écouler les stocks. L’Institut Robert Koch a rapporté lundi que le nombre d’infections sur 7 jours était passé à 386,5 pour 100 000 citoyens, soit 30 643 au total en 24 heures, 7 000 de plus qu’il y a une semaine. Plus de 60 personnes sont mortes du virus au cours des dernières 24 heures.

Mais l’Institut est déjà connu pour ses dramatisations de la pandémie. Pour ne pas être en reste, écrit Reuters, « les 16 États allemands, dont le mandat comprend la santé publique, tentent de briser la vague en lançant des injections de rappel, en appelant les non vaccinés à se faire vacciner et en imposant un patchwork de restrictions. »

On se demande si ce n’est pas la nécessité d’écouler des doses Moderna, ou la peur des pénalités en cas d’inexécution, à rendre durs les gouverneurs vaccinistes, qui invoquent chaque minute plus de restrictions et des mesures plus draconiennes contre les non-vaccinés, attisent la haine des vaccinés envers ces derniers, et mettent en œuvre le laissez-passer vert renforcé ou invoquent l’obligation vaccinale légale.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :