Royaume-Uni – Au milieu des restrictions imposées par le gouvernement britannique au nom de la lutte contre le coronavirus qui permettent uniquement à des groupes de six personnes ou moins de se rencontrer, le ministre britannique chargé de la criminalité, de la police et du service d’incendie Malthouse encourage les citoyens à dénoncer leurs voisins aux autorités publiques si sept personnes ou plus sont rassemblées.

“Il est loisible aux voisins de faire cela via le numéro non urgent”, a déclaré Malthouse à la BBC lorsqu’on lui a demandé si une personne devrait signaler un rassemblement dans la cour d’un voisin. «Et s’ils sont inquiets et qu’ils voient ce genre de chose, alors ils devraient absolument y penser.»

La BBC a rapporté qu’à Bristol, une mère a été approchée par la police parce que le pique-nique avec son enfant en bas âge et des amis de son enfant constituait un groupe de sept personnes et était désormais illégal. «C’est très difficile à comprendre : je suis autorisée à être dans un pub avec un groupe de personnes distantes d’un mètre, mais je ne peux pas être avec les amis de mes enfants», a-t-elle répondu à l’officier.

Des règles différentes dans diverses régions du Royaume-Uni sont également source de confusion. Une femme «a dit qu’elle pensait que son rassemblement de plus de six personnes était autorisé parce que les enfants allaient tous à l’école ensemble. Des groupes comme celui-ci seraient autorisés dans le pays de Galles voisin et en Écosse, où les enfants ne comptent pas dans le total.

Si un groupe doit être séparé par la police, chaque membre du groupe pourrait être condamné à une amende de 100 £ si l’incident est la première infraction. Après cela, l’amende devrait doubler à chaque fois, jusqu’à 3 200 £ pour la sixième infraction.

Afin de garantir “une application plus stricte des règles déjà en place”, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé la semaine dernière que son gouvernement utiliserait le plan “COVID Secure Marshalls”.

Johnson n’a pas expliqué à l’époque quels seraient les pouvoirs des «COVID Secure Marshalls», ni comment ils seraient recrutés.

Le Daily Mail a rapporté un jour plus tard que les marshalls “n’auront aucun pouvoir formel pour procéder à une arrestation et doivent être payés par les autorités locales.” Bien qu’ils puissent interrompre les rassemblements de sept personnes ou plus et alerter la police, ils ne sont pas autorisés à imposer des amendes.

Le journal a cité Ken Marsh, président de la Metropolitan Police Federation, qui a souligné que les policiers réguliers étaient «absolument déconcertés» par cette annonce.

«Toute aide est une bonne aide, mais ce que j’aimerais comprendre, c’est quel est réellement leur rôle, que leur demandons-nous de faire?», demande un policier. 

«Des marshalls ont déjà été déployés par le conseil municipal de Leeds et le conseil de Cornwall», selon le Daily Mail. D’autres endroits devraient recruter de tels agents dans un proche avenir, en utilisant les fonds du gouvernement local pour la formation et la rémunération.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :