Monsieur l’abbé François Schneider

L’abbé François Schneider a été sanctionné par le diocèse de Saint-Dié pour avoir comparé justement le nombre des avortements dans le monde à celui des morts de la Grande Guerre.

Nous vous demandons de bien vouloir lui témoigner votre soutien ! Pour ce faire vous pouvez lui envoyer un mail à : schneiderfrancois.cure@sfr.fr

Réduit au silence, il n’a plus le droit de prendre la parole publiquement pendant 4 semaines ! Etrangement, le communiqué du diocèse de Saint-Dié n’est pas signé ! L’auteur voulant probablement esquiver la légitime réprobation des fidèles, nous vous invitons donc à faire connaître votre indignation et à protester :

Auprès du diocèse de Saint-Dié : Diocèse de Saint-Dié 7, rue de la Préfecture
88000 Epinal Cedex Tel :
03 29 82 21 63

Monsieur Baptiste Vinchiarelli Service de Communication de l’évêché communication@catholique88.fr Tel : 06 70 92 15 25

Auprès de l’administrateur apostolique du diocèse de Saint-Dié, Mgr Jachiet évêque de Belfort-Montbéliard

Evêché de Belfort-Montbéliard 25 place de la République
90000 Belfort
Tel : 03 84 21 67 67

Au-delà d’une sanction injuste et infondée, c’est l’église conciliaire qui révèle son vrai visage, celui d’une nouvelle église en phase avec le monde et l’idéologie mondialiste, qui peine à affirmer voire qui se distancie des principes fondateurs et immuables de l’Eglise catholique.

Rappelons que lorsque la loi sur l’avortement, instituée en 1975 à titre expérimental, allait être reconduite pour une durée illimitée en 1979, Mgr Lefebvre avait envoyé un télégramme au Président de la République Monsieur Valéry Giscard D’Estaing :

« Par le vote qui vous est demandé, vous allez engager gravement votre conscience devant Dieu car le 5e commandement du Décalogue interdit le meurtre. C’est pour cette raison que devant la gravité de l’avortement l’Eglise a pris des sanctions sévères (canon 2350). Sont excommuniés tous ceux qui physiquement ou moralement concourent à un avortement. » Mgr LEFEBVRE

Mgr de Ségur rappelait au XIXème siècle que « Jésus-Christ et l’Église forment un tout indivisible. Le sort de l’un, c’est le sort de l’autre », c’est pourquoi les persécutions contre l’Eglise et à l’intérieur de l’Eglise visent le divin Chef de l’Eglise lui-même.

Il écrivait : « Jésus-Christ a eu sa Passion et son crucifiement : l’Église doit avoir, elle aussi, et sa Passion, et son crucifiement final ».

A ce propos dans son encyclique Miserentissimus Redemptor publiée en 1928, le pape Pie XI écrivait sur les prières et les sacrifices à présenter au Sacré-Cœur dans les épreuves présentes : « C’est donc à bon droit que, souffrant toujours en son corps mystique, le Christ veut nous avoir pour compagnons de son expiation ».

Nous souffrons de cette crise de l’Eglise, nous souffrons de ce que certains prélats de l’Eglise post Vatican II s’éloignent du Christ souvent en reniant Ses Enseignements irrévocables. Or même si la Passion de l’Eglise advient, il est de notre devoir de défendre la Vérité et la Vie et de soutenir nos frères dans la foi pour l’amour de Notre Seigneur Jésus Christ.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Pour Noel,

offrez à vos proches un abonnement

à la revue de CIVITAS !

Le numéro 82 – Franc-maçonnerie, un excellent numéro, est le dernier sorti !

Cliquez ici pour vous abonner.

%d blogueurs aiment cette page :