La fameuse crèche de Noël inaugurée sur la place vaticane le 10 décembre 2021 vient du Pérou et a été réalisée par la communauté Chopcca dans les Andes. Elle représente des personnages et traditions locales.

Vatican News explique :

« La crèche qui sera installée pour Noël vient du village de Chopcca dans les Andes. Il sera composé de plus de 30 pièces et créé par cinq artistes célèbres de Huancavelica … »

Un journaliste italien a fait des recherches sur la relation entre cette communauté Chopcca et le culte de Pachamama. A la page 198 du volume Los Chopcca de Huancavelica, publié par le Ministère de la Culture du Pérou, on peut lire :

« Malgré l’intense travail pastoral des deux doctrines chrétiennes – catholique et évangélique – les pratiques du rituel préchrétien quechua n’ont pas été éradiquées. Dépendante des forces de la nature, la conception du monde présidée par Apus ou Wamanis, esprits qui vivent sur les collines, et par la Pachamama, entités qui sont explicitement mentionnées dans leurs rituels, persistent parmi les villageois. L’Apus major de la région, Qaparina et Cobremina, sont les plus hautes collines de la région, auxquelles un hommage est rendu par des cérémonies et des rites lors des fêtes du cycle de production. A herranza ou Santiago, on pratique le pagapu, un rituel au cours duquel des offrandes sont faites au dieu Apu ou à Pachamama pour la protection de leurs animaux. Des rituels similaires sont effectués lors de la plantation, de la récolte et d’autres activités qui nécessitent l’aide et la protection des divinités andines. Il est remarquable que les principales victimes culturelles de la prédication évangélique (c-à-d protestante) n’ont pas été les célébrations du cycle de production, où une grande partie de la vision andine du monde est réfutée par le catholicisme depuis l’époque coloniale, mais précisément les fêtes religieuses catholiques ».

Il faut en effet rappeler que dans ces villages des Andes le phénomène d’« inculturation » s’intensifie, et derrière la représentation de la Vierge Marie, le véritable culte de la Pachamama perdure. « Les fréquentes associations entre Pachamama et Maria reposent sur la figure d’une ‘’mère généreuse ‘’ et protectrice des femmes enceintes, mais pour Marie, les attitudes pour protéger les plantes et les cultures sont assez lointaines et peu documentées » explique l’anthropologue Antonino Colajanni qui ajoute :

« Les indigènes andins ont une attitude de révérence, d’admiration, d’affection filiale et de dévotion envers elle. La prédication chrétienne dans les Andes a eu des résultats mitigés : la coexistence entre Marie et Pachamama est un exemple de syncrétisme très intense. »

Affirmation confirmée par l’historien bolivien Damiàn Galeron :

« La Pachamama était le culte fondamental de la religion des Andes à l’époque précolombienne, mais il perdure encore aujourd’hui »

Après l’horrible crèche en céramique conciliaire ésotérique-maçonnique de Castelli de l’an dernier avec le guerrier à cornes avec un crâne sur le front, imbroglio de Star Trek et de jeu de quilles, ce nouveau choix bergoglien, sans conteste de bien meilleur goût, interroge. S’inscrit-il dans l’axe idéologique du Synode sur l’Amazonie et le syncrétisme qui y fut exalté ? Serait-ce un relent du culte de la déesse païenne de la fertilité Pachamama qui fit un petit tour par les jardins du Vatican ?  Un hommage détourné « à la dernière population au monde qui tient bec et ongles ce culte païen sanglant auquel sont sacrifiés des bébés lamas et, dit-on, jadis, aussi des sacrifices humains. En effet, sur une vingtaine d’animaux présents, il y a au moins huit lamas en procession » ?

Avec François, tout ce qui est apostat étant possible, il se pourrait qu’un peu de tout cela ait motivé son choix…

Francesca de Villasmundo

          

     

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :