L'Arabie Saoudite ne renouvelle pas l'accord Petrodollar
L’Arabie Saoudite ne renouvelle pas l’accord Petrodollar

L’Arabie saoudite a décidé de ne pas renouveler son accord de pétrodollars de 80 ans avec les États-Unis, qui a expiré dimanche 9 juin, ont rapporté les médias.

L’accord Petrodollar, initialement signé le 8 juin 1974, a été un élément clé de l’influence économique mondiale des États-Unis

Cet accord, initialement signé le 8 juin 1974, a été un élément clé de l’influence économique mondiale des États-Unis, a construit le « Petrodollar » et, au fil du temps, a permis au commerce international d’absorber une énorme quantité de dollars, qu’ils ont à leur tour financé.

L’accord prévoyait des commissions conjointes pour la coopération économique et pour les besoins militaires de l’Arabie Saoudite. L’Arabie Saoudite s’est engagée à vendre son pétrole en dollars américains et les États-Unis se sont engagés à garantir la sécurité intérieure et extérieure du Royaume. À l’époque, les responsables américains espéraient que cela encouragerait le Royaume arabe des Séoud à produire davantage de pétrole et à renforcer ses liens économiques avec les pays arabes.

En choisissant de ne pas prolonger ce contrat, l’Arabie Saoudite peut désormais vendre du pétrole et d’autres biens en utilisant différentes devises, comme le RMB chinois, l’euro, le yen et le yuan, au lieu du simple dollar américain. On parle également d’explorer les monnaies numériques comme le Bitcoin pour les transactions.

L’Arabie Saoudite peut désormais vendre du pétrole et d’autres biens en utilisant d’autres devises que le dollar

Cette décision marque une rupture significative avec le système pétrodollar établi en 1972, lorsque les États-Unis ont cessé de rattacher directement leur monnaie à l’or. Cela devrait accélérer la tendance mondiale à utiliser des monnaies autres que le dollar américain dans le commerce international.

De plus, l’Arabie Saoudite a rejoint le projet mBridge, un effort de collaboration explorant une plateforme de monnaie numérique partagée entre les banques centrales et les banques commerciales. Ce projet vise à faciliter les paiements transfrontaliers instantanés et les transactions de change. Le projet mBridge a débuté en 2021 et implique plusieurs banques centrales et institutions de premier plan à travers le monde. Il a récemment atteint le stade du produit minimum viable (MVP), invitant les entreprises du secteur privé à proposer des innovations et des cas d’utilisation pour développer davantage la plateforme.

Cette décision de l’Arabie Saoudite marque le début d’un changement majeur dans la dynamique économique mondiale, même si ses implications sur le commerce et la finance internationales restent encore à mesurer.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est en vente sur MCP.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !