Il y a deux ans, la National Collegiate Athletic Association en Amérique avait pris une décision pour le moins contestée mais conforme au politiquement correct. Elle avait décidé que les transgenres pourraient concourir avec les sportifs du sexe auquel ils s’identifiaient. Evidemment des petits malins se sont engouffrés dans la brèche. Un garçon déclare affirmer qu’il est une fille ; quelques injections d’œstrogènes, de progestatifs et d’aldactone pour ne pas prendre trop de cellulite… Le voilà qui arrive à la compétition. Pas même une demande de carte d’identité, d’examen médical ; et pas non plus de caryotype (étude des chromosomes) pour savoir s’il s’agit bien d’une fille. Et c’est parti pour la victoire ! Pourquoi ? Parce que la constitution physique des hommes, n’en déplaise aux féministes, est plus puissante notamment par les muscles et les os. Les transgenres hommes sont le plus souvent gagnants sur les femmes. Un âne comprendrait cela. Pourtant il est question lors des prochains jeux olympiques de laisser les transgenres participer aux compétitions du sexe opposé au leur. Source de conflits à n’en plus finir. Il y en a eus dans différents sports : arts martiaux, rugby, boxe, cyclisme etc.

Bien sûr immédiatement un certain nombre de scandales émergèrent dès 2017. Certains athlètes, hommes de bonne foi, gagnèrent des prix car ils étaient les plus forts. Mais bien sûr des filous profitèrent de la situation. C’est le cas de « Marie » Grégory qui s’était lancé dans la compétition des poids et haltères. La Fédération l’avait considéré comme une femme sur sa simple affirmation. En un an il avait gagné toutes les compétitions et avait battu quatre records mondiaux. Comble du cynisme, l’intéressé a remercié la Fédération de lui avoir permis de concourir.

Cette situation curieuse a fini par inquiéter une série de champions dans la discipline concernée. Plusieurs d’entre eux estimèrent qu’il fallait prendre en considération le sexe biologique et pas le genre. Ils déclarèrent qu’il y avait là une plaisanterie de bien mauvais goût. D’autant que plusieurs cas de cette nature avaient déjà été enregistrés et relevaient d’un manque de fairplay.

Le président de la Fédération des poids et haltères fit faire une prise de sang à Grégory et la supercherie fut dévoilée. Le 1er mars, il rayait tous les titres et prix obtenus par l’intéressé. Et ensuite ?

Ensuite il exprima le souhait de voir se développer des épreuves pour les transgenres. Une autre bouteille à l’encre insoluble en raison des variétés de ce « genre ».

Décidément seule la bêtise humaine nous donne une notion de l’infini.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !