Maroc – Le passe vaccinal est devenu obligatoire pour accéder aux tribunaux depuis ce lundi 20 décembre. Cette mesure a été actée la semaine dernière par une circulaire conjointe du ministère de la Justice, de la présidence du ministère public et du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ). Mais des centaines d’avocats ont préféré déserter les audiences pour signifier leur rejet de cette mesure qui s’inscrit en porte-à-faux avec l’esprit de la Constitution.

Dans un communiqué daté du 18 décembre dernier, l’Association des barreaux du Maroc a fait savoir son «refus catégorique» de se soumettre au passe vaccinal et a appelé au «retrait immédiat» de cette mesure. L’association incitait l’ensemble des avocats à faire preuve de solidarité face à toute restriction d’accès aux tribunaux touchant le corps des avocats. Dans la foulée, plusieurs autres associations d’avocats, dont l’Association des jeunes avocats de Casablanca, ont diffusé à leur tour des communiqués appelant «au respect de la sécurité juridique et judiciaire et à la préservation des droits de la défense».

Ces appels ont été entendus puisque des centaines d’avocats se sont regroupés devant les tribunaux du Royaume marocain au matin du lundi 20 décembre, après qu’on leur a refusé l’accès aux audiences, faute de passe vaccinal. Cette situation a rapidement entraîné une paralysie du système judiciaire marocain.

Les autorités marocains ont adopté des mesures d’apartheid sanitaire qui suscitent la colère de la population. Le passe vaccinal est devenu obligatoire pour pouvoir accéder à la quasi-totalité des services administratifs marocains. Certaines administrations vont même jusqu’à exiger une photocopie de passe vaccinal pour accepter de délivrer des documents administratifs.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :