L’ultra-progressisme de la justice américaine a une cause : le financement de Soros et de Facebook. Cet ultra-progressisme a une conséquence : l’augmentation, partout aux États-Unis, des crimes violents et des meurtres. Et tout ceci a un dénominateur commun : des procureurs de district élus grâce à d’importants dons du magnat libéral George Soros et du PDG de Facebook Mark Zuckerberg.

George Soros et Mark Zuckerberg s’attaquent à l’objectif ambitieux de changer radicalement la justice américaine dans un sens ultra-progressiste, après avoir élu des procureurs de district particulièrement indulgents et libéraux. Comme l’explique le média The American Conservative, l’engagement du financier et fondateur de l’Open Society Foundations est connu pour soutenir et financer les élections des procureurs de district d’extrême gauche. À tel point qu’en décembre 2019, l’ancien procureur général William Barr a accusé George Soros d’avoir commencé « à élire des personnes qui ne soutiennent pas les forces de l‘ordre » expliquant que les procureurs de district soutenus par le financier « ont commencé à gagner dans plusieurs villes et, à mon avis, n’ont pas apporté un soutien adéquat à la police. Nous pouvons nous trouver dans une situation où les communautés qui ne soutiennent pas la police risquent de ne pas obtenir la protection dont elles ont besoin. »

En novembre 2014, l’Open Society Foundations de Soros a fait don de 50 millions de dollars à la campagne de l’ACLU (l’Union américaine pour les libertés civiles) pour mettre fin à « l’incarcération de masse ». Aclu confirma dans un communiqué de presse le don reçu de l’organisation ‘philanthropique’ fondée par le magnat d’origine hongroise, réaffirmant son engagement « à réduire de moitié les taux d’incarcération aux États-Unis d’ici 2020 » dans ce qui deviendrait « l’effort le plus ambitieux pour mettre fin à l’incarcération de masse dans l’histoire américaine ». Peu de temps après avoir fait ce don, Soros a commencé à financer des procureurs de district progressistes avec de grosses sommes. A partir de 2015, il dépensé plus de 18 millions de dollars, remportant succès après succès (seulement sept défaites sur 29 élections).

En outre, au cours de l’année écoulée, depuis le meurtre de George Floyd, les groupes qui aident les suspects à payer une caution ont également augmenté de façon spectaculaire. Le vice-président Kamala Harris a promu l’un de ces groupes, le Minnesota Freedom Fund, qui a reçu environ 35 millions de dollars rien qu’en 2020.

Tout comme Soros, Mark Zuckerberg a investi des millions de dollars pour changer le système judiciaire américain. Comme le souligne The American Conservative, en effet, le PDG de Facebook et son épouse Priscilla Chan ont commencé à financer les fonds pour le paiement de cautions et à soutenir les groupes de réforme des procureurs. En 2019-2020, l’Initiative Chan Zuckerberg (Czi) a fait un don d’un million de dollars au projet Fair and Just Prosecution du Tides Center, une organisation à but non lucratif qui vise à promouvoir un « système judiciaire fondé sur l’équité, la compassion et la responsabilité ».

Le résultat quasi-immédiat de cette manne financière versée aux mouvances progressistes et déconstructivistes américaines : les crimes violents sont en hausse partout aux États-Unis grâce à ces procureurs gauchistes cautionnés par Soros & Co.

Remodeler le système judiciaire américain en élisant des procureurs de district particulièrement « souples » et indulgents envers certaines catégories de personnes alors qu’ils sont invariablement accablants et sadiques lorsque ce sont des policiers qui se trouvent sur le banc des accusés, rend, de fait, les États-Unis un pays moins sûr qu’auparavant, comme l’avait prédit l’ancien procureur général William Barr.

Comme le confirment diverses données collectées ces derniers mois, 2020 a été une année record pour les crimes violents et l’urgence sociale générée par la pandémie ne peut pas en être la seule cause. Les données préliminaires du FBI montrent que les taux d’homicides ont augmenté partout en Amérique en 2020 et d’environ 24,7% lorsqu’ils sont mesurés à l’échelle nationale. L’expert en justice pénale John Roman a déclaré que l’augmentation de 2020 « est la plus forte augmentation de la violence que nous ayons vue depuis 1960, lorsque nous avons commencé à collecter des statistiques officielles sur la criminalité ». À Philadelphie, les homicides ont augmenté de 29% depuis avril 2020, faisant de 2020 l’année la plus violente de la ville depuis plus de trois décennies. Larry Krasner, le procureur de Philadelphie qui a reçu près de 1,7 million de Soros en 2017, met tout le blâme sur les confinements et la situation d’urgence sanitaire. Pourtant, même le gauchiste média Politico a souligné comment l’augmentation exponentielle des crimes et les meurtres remet en cause le dévouement et la capacité des procureurs de district trop laxistes et condescendants, élus grâce à ces énormes dons des milliardaires apatrides.

 Francesca de Villasmundo 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :