Panneau_jumelage_bagnolet-MPI

Certains élus locaux ont parfois un curieux goût à importer dans leur commune des conflits étrangers. Médias et blogs juifs comme musulmans se sont emparés d’une motion votée par les élus communistes de Bagnolet qui épouvante les uns et satisfait les autres.

 Le conseil municipal de Bagnolet, à majorité communiste, a adopté jeudi une motion décernant le titre de citoyen d’honneur de la ville au détenu libanais Georges Ibrahim Abdallah, qui entame sa trentième année de prison en France pour le meurtre de deux diplomates, l’attaché militaire de l’ambassade américaine Charles Ray et le diplomate israélien Yacov Barsimentov, abattus à Paris en 1982. Des assassinats revendiqués par les Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL) et commis en réponse au conflit israélo-palestinien.

“Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste, a fait partie de la résistance lorsque son pays, le Liban, a été envahi par Israël en 1978. Il est un défenseur acharné de la juste cause palestinienne.”, indique la motion votée. “Afin de faire grandir l’exigence de sa libération, le conseil municipal déclare citoyen d’honneur de Bagnolet Georges Ibrahim Abdallah.”, conclut-elle.

Âgé de 60 ans, Georges Ibrahim Abdallah est incarcéré en France depuis 1984. Au terme d’un procès très médiatisé, il avait été condamné en 1987 à la réclusion criminelle à perpétuité. Les autorités américaines et israéliennes ont, à plusieurs reprises, exprimé leur opposition à une sortie de prison de Georges Ibrahim Abdallah, alors que la période de sûreté assortie à sa peine a pris fin en 1999.

En 2012 déjà, Georges Ibrahim Abdallah avait été fait citoyen d’honneur des communes de Calonne-Ricouart et de Grenay.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :