Il n’y a pas de raison que les hommes aient le monopole du harcèlement sexuel. Voici un cas qui n’intéressera pas les médias, puisque ici, « l’homme blanc chrétien » est victime et qu’il sera impossible de dénoncer l’horrible patriarcat… Puisque les unes balances leurs porcs, allons-y joyeusement et balançons les truies.

La gagnante du jour est Mariah Carey, une chanteuse et une femme d’affaires, accusée par son ancien garde du corps Michael Anello de racisme et de harcèlement sexuel, ; sans oublier bien sûr l’exploitation professionnelle.

Anello a été spolié par Melle Mariah de 221 329,51 $ de salaire entre juin 2015 et mai 2017, nonobstant les 511.000 $ des deux années de contrat non honorées. Il a également été humilié par la puissante « businesswoman » qui, arguant du fait qu’il était blanc et chauve, se permettait à son égard des sobriquets socialement offensants tels que « nazi », « skinhead », « membre du KKK » et « suprémaciste blanc ». Son collègue a également subi ce genre d’insultes. Mariah déclarait d’ailleurs vouloir n’être entourée que de Noirs et en aucun cas de Blancs. Un peu comme dans les réunions d’Houria Bouteldja…

Anello a été aussi victime de harcèlement sexuel. Melle Mariah a en effet commis « des actes sexuels dans l’intention qu’ils soient vus par Anello». Anello témoigne qu’au cours d’un voyage à Cabo San Lucas (Mexique), Mariah lui a demandé de venir dans sa chambre pour déplacer des bagages et quand il est arrivé là, elle portait un négligé transparent qui était ouvert. Il dit qu’il a essayé de partir, mais elle a insisté pour qu’il déplace les bagages. Il dit qu’il a quitté la pièce et qu’il n’y a eu aucun contact physique.

Ce témoignage soulève un point important. Il est nécessaire de lutter contre le harcèlement sexuel sous toutes ses formes, et le fait pour une femme d’avoir une attitude assimilable à du racolage, combinée ou non avec une tenue similaire à celle des professionnelles de l’amour tarifié, doit également être considéré comme tel, un homme devant avoir la possibilité de porter plainte pour « harcèlement sexuel » en cas de « drague lourde » de ce genre. Il va de soi aussi que toute femme essayant de monnayer ses charmes contre de l’argent, une promotion, voire son diplôme universitaire, devra répondre de ce type de harcèlement devant les tribunaux, puisqu’elle interfère dans le consentement de l’homme…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

14 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :