nd de la merci

Le socialisme laïciste est partout viscéralement antichrétien.

Le conseil municipal de Barcelone a supprimé la messe de la fête de Notre Dame de la Merci, patronne de Barcelone, du programme officiel des Fêtes de Notre Dame de la Merci.  Le maire de Barcelone, Ada Colau, a récemment annoncé que la messe ne serait plus incluse dans le programme officiel de la ville par respect pour la “laïcité des institutions”
“Nous devons mettre à jour et adapter la fête à ce qui est le principe de base de la laïcité et de la laïcité des institutions», a déclaré le maire socialiste. 
La messe sera bien célébrée dans la basilique, mais sans l’assistance des autorités civiles.
Comme l’a souligné l’archevêque, «cette décision rompt avec la tradition séculaire qu’a toujours reflété le programme officiel de la «Fête de la Merci». 
Les origines de la fête de ND de la Merci (Notre-Dame de la Miséricorde), sainte patronne de Barcelone, remontent à la création dans la ville de l’ordre des religieuses de la Miséricorde le 24 Septembre 1218. 
À la fin du XVIIe siècle, en 1687, Barcelone a subi une terrible invasion de sauterelles et les gens ont invoqué la protection de Notre-Dame de la Merci. Lorsque cette épreuve a été surmontée, elle a été proclamée patronne de l’archidiocèse et la célébration a été instituée dans la ville, même si elle n’a été officiellement qu’en 1868 par Pie IX.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :