La traditionnelle fête de Saint-Nicolas approche. Depuis plusieurs années naissent des controverses ridicules au sujet de cette tradition chrétienne qui donne lieu à une jolie fête pour les enfants chaque 6 décembre dans le Nord de la France, en Belgique et aux Pays-Bas.

Il y a les critiques provenant initialement d’associations racialistes noires voulant faire disparaître le Père fouettard (Zwarte Piet en Belgique et aux Pays-Bas), ce personnage noir au service de Saint Nicola, chargé de porter les cadeaux destinés aux enfants sages mais aussi de punir les enfants qui n’ont pas été sages.

Il y a aussi ceux qui sont allergiques à tout ce qui est fête chrétienne.

Le dernier exemple en date est fourni par la Belgique. La mutuelle socialiste (qui s’appelle désormais Solidaris) a créé un concours spécialement destiné aux enfants : il s’agit d’imprimer le dessin de Saint-Nicolas fourni par la mutuelle et de le renvoyer colorié. Or, un « détail » a rapidement attiré l’attention de nombreux parents : la mutualité socialiste a fait enlever la croix traditionnellement présente sur la mitre du saint évêque et la remplacé par un cercle.

Contacté par RTL, la mutuelle s’est justifiée via son porte-parole en expliquant que ce dessin avait pour objectif « de n’exclure aucun enfant ». « Saint-Nicolas n’est plus la fête religieuse d’autrefois et des enfants laïques ou d’une autre religion peuvent légitimement y participer ». 

Quelle ineptie ! Tout dans cette fête rappelle qu’elle est catholique ! Son nom le dit bien : c’est la fête de Saint Nicolas. Et ce saint est un évêque, comme l’indique son habit, sa mitre et sa crosse.

Vouloir effacer son caractère chrétien est donc absurde. Qu’il s’agisse des ayatollahs de la laïcité ou des promoteurs du multiculturalisme, ils n’ont qu’à aller voir ailleurs. Du reste, aucune famille pratiquant réellement l’islam ou le judaïsme ne fête Saint Nicolas.

Et qui envisagerait sérieusement un seul instant qu’une fête juive ou musulmane soit dépourvue de ses signes religieux distinctifs pour aller dans le sens du soi-disant « vivre ensemble » ?

Seul le christianisme est systématiquement la cible de ce type de manœuvre. Il en va de même à Noël. Il est grand temps que les chrétiens se réveillent !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :