Dans les années quatre-vingt-dix, il y avait eu la création d’un système d’audimétrie passive appelé Motivac, qui s’avéra finalement un échec. Ce système fut accusé à l’époque d’être une ébauche du célèbre télécran de 1984 permettant de voir les activités des gens dans la pièce. Avec le progrès technologique, le débat est plus que jamais d’actualité.

Selon Tristan Marrero, expert du site High-tech Wekyo,

« Les smartphones, à l’instar d’un grand nombre d’objets connectés comme les smartwatch, recueillent beaucoup d’informations personnelles sur les utilisateurs. Ces appareils sont capables de détecter à quelle heure nous nous couchons, de comprendre nos habitudes, d’avoir accès à nos mails et notre agenda… la liste est encore longue. (…) Les consommateurs sont happés par cet effet de mode et y voient d’abord une révolution technologique destinée à les assister, leur faciliter la vie au quotidien, mais la majorité d’entre eux ne réalise pas que ces gadgets ouvrent la porte de leur vie privée à des sociétés qui ont tout intérêt de mieux les connaitre pour affiner leur ciblage marketing et revendre ces informations (…) Si des multinationales comme Apple font de la confidentialité des données un principe fondamental presque militant, d’autres gardent une politique opaque sur le sujet. Je pense notamment à Facebook et l’affaire « Cambridge Analytica » mais aussi à l’émergence du scandale Amazon et son enceinte connectée « Echo », épinglé pour avoir mis sur écoute ses utilisateurs (…) Avec le boum des objets intelligents dans les foyers, les gens perdent chaque jour un peu plus d’intimité. Il est important de sensibiliser au maximum les consommateurs, afin qu’ils comprennent le danger d’être hyperconnecté. »

Chaque année, Mozilla publie sa liste annuelle  Privacy not included, dénonçant les objets connectés peu soucieux de la vie privée des utilisateurs. En effet, parmi la pléthore d’objets connectés existants, certains font abstraction des lois relatives à la vie privée des utilisateurs. En effet, parmi les

éléments ne figurant pas toujours sur les fiches techniques des objets connectés concernés, certains d’entre eux constituent  de véritables passoires par manque de système de sécurité, susceptibles d’être exploitées frauduleusement pour récupérer les données privées des utilisateurs ou pour servir lors d’attaques DDoS. La liste de produits non sécurisés englobe tout le spectre des objets high-tech du marché actuel, allant du thermomètre aux enceintes, en passant par les consoles de salon ou tout autre appareil connecté en réseau ou/et à internet. paramétrés, ainsi que la qualité du SAV en cas de pépin. Parmi les objets porteurs du bonnet d’âne, on remarque la présence de certaines webcam de surveillance pour bébé, ou pire encore des produits Amazon tels que les Cloud Security Cam ou les Echo et Dot, qui ne se défendent même pas du fait de transmettre vos données personnelles à des sociétés ou organismes extérieurs.

Attentions aux objets connectés, vous faites sans le savoir entrer le loup dans la bergerie.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

45 % 19.170 € manquants

15.830 € récoltés / 35.000 € nécessaires
Mis à jour le 26/03/2019

Il nous reste cependant 19.170 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !