dictatureCe jeudi 3 novembre 2016, “la Haute Cour de Londres a jugé dans un arrêt rendu public aujourd’hui que le gouvernement britannique devait obtenir l’accord du Parlement pour déclencher la procédure de l’article 50 du Traité européen fixant les modalités d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne.

La Haute Cour a autorisé le gouvernement à faire appel de sa décision devant la Cour suprême, plus haute juridiction de Grande-Bretagne.

Un avocat du gouvernement a précisé que la Cour suprême examinerait ce recours entre le 5 et le 8 décembre.” Le Figaro

La voix du peuple ne vaut vraiment plus grand chose! Ce n’est pas la première fois que les chantres de la démocratie bâillonnent le peuple, d’une façon ou de l’autre.

Lors du référendum sur Maastricht en France de gros soupçons de tripatouillage des urnes avaient pesé, sans que personne n’ait pu rien prouver face au pouvoir de Mitterrand, grand spécialiste de la manipulation de l’opinion. Il avait notamment été démasqué dans l’affaire du prétendu “attentat de l’Observatoire“, sans que cela ne l’empêche par la suite d’être élu deux fois de suite président de la république: François Mitterrand avait lui-même commandité l’attentat dans le but de regagner les faveurs de l’opinion publique qui l’oubliait. Pourquoi se serait-il gêné pour traficoter les résultats du référendum sur le Traité de Maastricht qu’il avait au préalable signé en compagnie des onze autres chefs d’États de la Communauté économique européenne (CEE) ?

A l’époque de Mitterrand, les princes de ce monde ne méprisaient pas encore assez le peuple pour lui passer par dessus la tête sans se cacher.

Depuis Nicolas Sarkozy c’est chose faite. En 2004 le référendum sur la Constitution européenne avait été rejeté par les deux seuls pays dans lesquels les peuples avaient été consultés par référendums, dont la France. Ce sera Nicolas Sarkozy, le nouveau président de la la République, qui passera par dessus la tête des électeurs français en magouillant le Traité de Lisbonne qui allait transformer l’architecture institutionnelle de l’Union, par voie parlementaire. Ce nouveau traité a mis en application en 2009, la Constitution européenne rejetée en 2004 par la majorité des Français.

La mise sous tutelle du peuple britannique par les parlementaires du Royaume-uni n’est donc pas une surprise. La personnalité de Thérésa May semblait à priori bien peu disposée à servir la volonté du peuple de rompre avec l’Union européenne, mais…  comment la Haute Cour a-t-elle osé braver à la fois la constitution du Royaume-Uni et la volonté populaire, pour émettre un déni de Justice ? Que faut-il attendre du recours du gouvernement britannique devant la Cour suprême ? Maintenant que le peuple britannique a bien été travaillé, ridiculisé, menacé, tourmenté, réduit plus bas que terre, renvoyé à sa niche ? N’est-il pas prêt à se résigner à la volonté de ses maîtres ? Quelles menaces subiraient les députés qui refuseraient d’obéir à big brother ? Tant il est plus facile de faire pression sur quelques centaines de parlementaires dépendants financièrement, que sur des millions d’électeurs!

 emiliedefresne@medias-presse.info

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :