Alors que la guerre en Ukraine se mue peu à peu en course de fond entre les blocs asiatique (Russie, Chine, Inde) et occidentaux (USA et pays de l’OTAN) les Etats-Unis ont décidé de se passer de la « cour à matériaux » russe pour alimenter leur armée et leur industrie. Ils investiront dans les mines canadiennes, pour réduire leur dépendance à la Chine et aux pays asiatiques, tout en raccourcissant leur logistique.

Radio Canada écrit à ce sujet  :

« L’armée américaine a discrètement lancé des appels d’offres pour des projets miniers canadiens qui sont à la recherche de financement public américain, dans le cadre d’une importante initiative en matière de sécurité nationale.

Le tout s’inscrit dans ce qui devient une priorité toujours plus urgente pour le gouvernement américain : réduire la dépendance envers la Chine en ce qui concerne les minéraux stratégiques. Ces derniers entrent dans la fabrication de toutes sortes de biens allant des appareils électroniques aux batteries, en passant par les voitures et les armements.

La situation illustre aussi le fait que l’industrie minière canadienne se retrouve au centre d’un gigantesque affrontement géopolitique. Ottawa vient tout juste d’expulser les sociétés d’État chinoises du secteur des minerais critiques et stratégiques, et les États-Unis envisagent maintenant de délier les cordons de leur propre bourse.

Le président américain, Joe Biden, a ainsi invoqué le Defense Production Act de 1950 pour développer le secteur minier du pays, et l’armée a reçu plusieurs centaines de millions de dollars à cette fin.

Cette hausse de l’activité dans ce secteur a été alimentée par une étude de la Maison-Blanche, publiée l’an dernier. Elle lançait une mise en garde selon laquelle la dépendance à certains produits fabriqués à l’étranger représentait un risque pour la sécurité nationale américaine, notamment les semiconducteurs, les batteries, les médicaments et 53 minerais différents.

Un responsable du département américain de la Défense a offert une séance de briefing à propos de ce programme, cette semaine, dans le cadre d’une conférence transfrontalière, et une chose a été tirée au clair : les entreprises canadiennes y sont admissibles.

Cela s’explique par le fait que depuis des décennies, le Canada fait partie de la base industrielle de l’armée américaine, et que les projets qui sont élaborés sur le territoire canadien ont tout autant droit au financement que ceux mis sur pied au sud de la frontière.

 Des responsables fédéraux ont indiqué avoir déjà fourni, aux autorités américaines, une liste de 70 projets qui pourraient mériter du financement américain.

Les deux pays décrivent cette initiative comme un processus s’étendant sur une génération, et qui n’en serait qu’à ses balbutiements. Pour l’instant, le Canada demeure un petit joueur dans le monde de la production de minerais stratégiques, une appellation qui englobe entre autres le lithium, le cobalt et le manganèse. Le Canada versera aussi des milliards de dollars de fonds publics à ce secteur de l’économie, au cours des prochaines années. »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :