Une correspondance inédite de Saint Charles Borromée, conservée à la Bibliothèque Ambrosienne, sise à Milan, et découverte par l’historienne Ada Grossi, révèle un miracle obtenu, en 1578, grâce au Saint-Suaire.

La nouvelle de cette découverte a été diffusée auprès des médias italiens par l’Agence de presse AdnKronos. L’historienne a publié un essai, dans la revue périodique Aevum de l’Université Catholique du Sacré-Coeur de Milan, intitulé “Une correspondance inédite de saint Charles Borromée 1578-79 : le Saint-Suaire et l’exorcisme d’une calviniste.” 

Les lettres mises à jour entre le fameux archevêque de Milan et cardinal, Charles Borromée, et l’inquisiteur de Vercelli, Cipriano Uberti, racontent un exorcisme qui fut pratiqué sur une calviniste possédée par une légion de démons. Pour la délivrer, le Saint-Suaire lui fut apposé sur la tête, au début du mois de mai 1578, à Chambéry dans la Sainte-Chapelle du Saint-Suaire, à la demande de l’évêque de Saint-Jean-de-Maurienne, assisté du vicaire épiscopal de Grenoble.

A la suite de sa délivrance, la femme, qui venait de Genève, et avait été accompagnée à Chambéry par des catholiques attirés par l’ostension annuelle du Saint-Suaire, se réfugia en Piémont et se convertit au catholicisme sous la direction spirituelle de Cipriano Uberti, inquisiteur général de Vercelli et vicaire de la Lombardie supérieure pour l’Ordre des Dominicains. Suite à une tentative de rapt de la part des calvinistes pour la reconduire à Genève, le père Uberti demanda l’aide du cardinal Borromée qui accueillit la femme à Milan et la cacha. 

Les faits sont narrés pour la première fois par Cipriano Uberti dans la lettre qu’il écrivit au cardinal Borromée le 10 décembre 1578, dans laquelle il raconte qu’une femme du nom de Genièvre, baptisée dans la Genève de Jean Calvin à l’âge de 12 ans, manifesta pendant 27 années des symptômes de possession diabolique. Au printemps 1578, certains muletiers catholiques dirigés vers Chambéry pour l’ostension du Saint-Suaire  prévue annuellement le 4 mai, compatirent aux conditions de Genièvre et la convainquirent de les suivre dans l’espoir “qu’en voyant l’ostension du très saint Suaire elle serait délivrée.”

Quelle que fut son adhésion à la foi calviniste, Genièvre suivit les muletiers catholiques jusqu’à Chambéry. Ce qui arriva à son arrivée alla, cependant, bien au-delà des expectatives des ces compagnons de voyage.

Les disgrâces de la femme furent, en effet, portées à la connaissance de l’évêque du lieu, Pierre de Lambert, lequel l’exorcisa à l’intérieur de la Sainte-Chapelle en présence du Saint-Suaire. Genièvre, ainsi que le relate la correspondance découverte, était possédée par “une légion” de démon, tous muets excepté deux, qui en revanche “disaient beaucoup de choses” et qui révélèrent leur nom, Belzébuth et Feroglio.

Dans la lettre écrite à l’archevêque de Milan, l’inquisiteur rapporte qu’en échange de la délivrance de Genièvre, les deux esprits demandèrent qu’un chien fût baptisé pour qu’ils pussent le posséder. A ces paroles blasphématoires, l’évêque “prit d’une juste et sainte colère, prit en main le saint Linceul et Suaire et l’étendit sur la tête de la femme.” Suite à l’imposition du Suaire, la femme commença à léviter jusqu’au-dessus des têtes des présents : les démons sortirent d’elle et la laissèrent tomber à terre, “à moitié morte” et “fissurée”, c’est-à-dire avec plusieurs factures, si nombreuses qu’elle dut être soignée pendant des mois. Uberti raconte que Genièvre, après quelques mois passés dans un “hôpital” de Chambéry, infirme et incapable de parler, guérit : elle ne se souvint pas tout de suite de la promesse de devenir catholique faite à l’évêque, elle passa les Alpes et arriva à Ivrea où elle resta trois mois.

S’enfuir au-delà des Alpes était un bon moyen pour s’éloigner des calvinistes qui à un moment ou un autre l’aurait cherchée, ce qui arriva par la suite. Genièvre se trouvait à Ivrea pendant la période où le Saint-Suaire, à travers lequel Dieu l’avait guérie, était à Turin. Il y était arrivé depuis le 14 septembre en suivant le même itinéraire et Charles Borromée était venu le vénérer en octobre. A Ivrea, la femme essaya de se présenter aux autorités ecclésiastiques pour se faire admettre dans l’Église catholique, mais sans succès : l’évêque du lieu était hors de la ville et l’inquisiteur général à Vercelli. Genièvre se rendit donc à Vercelli le mois suivant. Et depuis lors, l’inquisiteur Cipriano Uberti devint le témoin direct de son histoire et la suivit spirituellement dans sa conversion, jusqu’à l’abjuration de la foi calviniste.

Belle histoire d’un double miracle du Saint-Suaire. Le linceul qui enveloppa le Corps du Christ, cette si précieuse relique, ne délivra pas seulement cette femme de la légion de démons qui l’infestaient mais aussi de la fausse religion calviniste qu’elle pratiquait.

Le Saint-Suaire n’est pas interreligieux !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

L'UDT du Pays Réel organisée par CIVITAS
se déroule du 17 au 19 juillet
au Puy-en-Velay (43)
Réservez votre place ! Venez en famille !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

L’UDT du Pays Réel organisée par CIVITAS
se déroule du 17 au 19 juillet
au Puy-en-Velay (43)


Réservez votre place ! Venez en famille !

%d blogueurs aiment cette page :