Invité de l’émission L’Édition du soir diffusée sur CNews le 18 août dernier, le professeur Toussaint, professeur de physiologie de l’Université Paris-Descartes, Directeur de l’IRMES, Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport à l’INSEP, ose l’inconcevable pour les pouvoirs publics et les médias du système : nier toute deuxième vague et reprise d’une épidémie de coronavirus.

« Nous ne sommes plus du tout dans la gravité, dans l’urgence, du printemps, de celle de février, de mars et d’avril » déclare-t-il avant de continuer avec  des paroles dures envers le gouvernement et le conseil scientifique :

« Nous sommes dans une utilisation des indicateurs, un changement, une instrumentalisation, qui fait que nous allons avoir pour les semaines à venir des changements de comportements, des orientations qui sont décidés par un conseil scientifique qui ne regarde plus la réalité du risque mais qui souhaite probablement imposer d’autres schémas de pensée. »

 

Des mots qui laissent pantois le pauvre présentateur, ne sachant plus quoi dire ni comment riposter :

« Là j’ai très peur, dit-il. Je suis en train de me dire, déjà un est-ce qu’on fait peur aux gens pour rien ? La deuxième chose, c’est à charge aussi pour les politiques et pour les personnes qui sont au plus haut sommet de l’état qui aujourd’hui nous disent qu’il faut porter le masque en extérieur ? En septembre le conseil scientifique dit qu’à l’automne on risque d’avoir une seconde vague ? »

Une perche saisie par le professeur Toussaint qui n’hésite pas à condamner le comportement des scientifiques qui imposent leurs confinement, masques et autres distanciations sociales à la moitié de l’humanité :

«  Le conseil scientifique, lorsqu’il nous annonce une énième seconde vague, un certain nombre de ses membres sont sur le site de vacances. Si je le dis, c’est qu’ils l’annoncent sur les radios ».

Et de continuer en dénonçant ces mêmes scientifiques qui, tout en décrétant toutes ces mesures restrictives et en annonçant de terribles catastrophes sanitaires, – plus de 500000 morts pour la Grande-Bretagne ou la France- ne croient pas eux-mêmes aux recommandations qu’ils préconisent.

Une charge puissante contre le pouvoir de ces scientifiques qui susurrent aux oreilles des gouvernements des mesures qui maintiennent la peur au sein des populations.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A l’heure de la 3ème dose et de la 5ème vague de mensonge, nous vous recommandons le livre : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER « Les vaccins en question », ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 € seulement !

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :