On vit décidément une époque renversante !

Une ultime folie sévit aux Etats-Unis parmi les bien-pensants : prescrire pour les Blancs des cours anti-racistes, qui s’avèrent être substantiellement anti-blancs.

Il n’a pas suffi au maire démocrate, libéral-féministe, de Seattle, Jenny Durkan, de laisser aux mains des Blacks Lives Matter, Antifa et autres groupuscules d’extrême-gauche la zone occupée autour de Capitol Hill, dénommée CHOP, pour une « expérience urbaine et sociale » qui a vite tourné au cauchemar, il lui faut maintenant convoquer les Blancs, directeurs d’école, policiers, travaillant dans la culture, à des cours d’anti-racismes « pour mettre fin à la supériorité raciale intériorisée et à la blancheur »des employés blancs.

Sans rire, les citoyens convoqués par Durkan ont été informés que les « prétendues qualités blanches » sont désormais considérées comme « offensantes et inacceptables » pour les autres minorités vivant à Seattle et qu’il faut donc y renoncer. Parmi ces prétendues « qualités des blancs », il y aurait « le perfectionnisme, l’intellectualisme, l’arrogance, le paternalisme, la recherche du bien-être, l’objectivité et l’individualisme ».

L’initiative du maire laisse littéralement sans voix et fait comprendre qu’aux États-Unis, certains soufflent dangereusement sur le feu de la guerre raciale : les démocrates et leur moralisme progressiste hypocrite, qui va jusqu’à menacer le concept même de citoyenneté, en organisant des cours pour les citoyens avec une couleur de peau spécifique et déterminée. C’est le racisme des antiracistes qui, pour l’intolérance, n’a rien à envier aux pires racistes. Il suffit de lire, pour s’en convaincre, la suite de cette authentique illusion libérale.

En fait, ce que la ville de Seattle demande aux Blancs dans ces cours est de « se débarrasser de leur blancheur ». Dans le document remis par la municipalité aux citoyens, il est dit que « les Blancs doivent renoncer à la terre et à la garantie de leur sécurité physique ». Parce que, selon le document, « les Blancs maintiennent le système » ne pensant qu’à eux « en nuisant ainsi aux personnes de couleur ». Les Blancs, selon les auteurs de l’initiative, aimeraient « justifier leur supériorité pour masquer leurs peurs, leur honte ou leur culpabilité ».

La dérive idéologique de la bien-pensance anti-raciste atteint des sommets de racisme anti-blanc !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :