Le Dr Michael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer, a accordé un entretien à Epoch Times (16 juin 2022) qui vaut le détour. Les confinements, les obligations de porter le masque et les vaccinations obligatoires sont toutes des mesures non pas pour la santé, mais pour contrôler les gens et progresser vers l’objectif ultime de l’identification numérique et de la monnaie numérique , a affirmé le Dr Michael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer et ancien directeur scientifique de cette société pharmaceutique.

« En bref, je vois une fraude à l’échelle mondiale, dont les compagnies pharmaceutiques ne sont qu’une partie », a déclaré Yeadon à l’émission « Facts Matter » d’EpochTV dans une récente interview.

«Il y a une énorme pression dans le monde pour persuader les gens qu’il existe une menace pour la santé afin de les amener à se conformer à diverses mesures destructrices de l’économie, puis à les suivre avec ces injections. Et je crois que tout cela a finalement à voir avec le contrôle

En avril, Yeadon a publié un article intitulé The Covid Lies dans lequel il a réfuté une douzaine de déclarations courantes sur le COVID-19, telles que les confinements ralentissant la propagation et réduisant le nombre de cas et de décès ; la seule façon de mettre fin à la pandémie est la vaccination universelle ; ou les nouveaux vaccins sont sûrs et efficaces.

« J’ai su que c’était faux au moment où j’ai entendu qu’ils développaient un vaccin. Nous n’avons même jamais cherché à supprimer ou à mettre fin à une pandémie en courant parallèlement à la création d’un nouveau vaccin, puis en intervenant avec lui », a déclaré Yeadon. « Pourquoi? Parce que – c’est vraiment important – le temps écoulé pour obtenir une quantité adéquate de données sur la sécurité est toujours plus long que la durée possible de toute pandémie dans l’histoire.»

« Et si vous prenez moins de temps, cela signifie que vous ne disposez pas d’une quantité appropriée de données de sécurité. »

Yeadon a déclaré que le gouvernement ne devrait pas contraindre les gens à recevoir des vaccins avec seulement 2 mois de données sur la sécurité institutionnelle. « Quel est le profil d’innocuité six mois après l’avoir pris ? Personne ne peut vous le dire

« Je travaille dans la découverte et le développement de médicaments depuis 34 ans maintenant. La sécurité est la chose la plus importante, encore plus importante que l’efficacité. Pourquoi? Parce que vous allez le donner à beaucoup de gens. Donc, si vous n’êtes pas vraiment sûr de la sécurité, vous pouvez facilement blesser plus de personnes que vous ne pourriez en sauver. Ce serait doublement le cas lors de l’utilisation d’un nouveau type de technologie », a déclaré Yeadon.

Yeadon a travaillé pour Pfizer pendant 17 ans. Il a quitté Pfizer en 2011 pour cofonder la société de biotechnologie Ziarco, acquise par Novartis en 2017.

« [Que] l’organisme de réglementation ne leur ait pas demandé de mesurer l’apparition et la disparition dans le sang de ces matériaux à base de gènes est stupéfiant. Pourquoi est-ce si important ? Cela signifie que je n’ai aucune idée si les quantités qui circulent dans votre corps ou dans mon corps après l’injection sont une petite quantité, une quantité moyenne ou beaucoup. Aucune idée. Et ils n’ont pas mesuré combien de temps le matériel à base de gènes a fonctionné pour produire la protéine de pointe. Ça dure une heure ? Une semaine? Toujours? Ils ne l’ont pas étudié. Donc, nous ne savons pas.»

Le CDC a renvoyé Epoch Times à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, « l’autorité de réglementation pour les essais de vaccins et les études de sécurité ». La FDA n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Les agences fédérales de santé ont suscité de nombreuses critiques concernant leur volte-face sur certaines mesures anti-COVID-19 et leur réticence à publier des informations complètes sur les vaccins. La FDA a demandé un délai de 55 ans avant de publier les données du vaccin  contre le COVID-19 de Pfizer !

Autre chose a inquiété Yeadon : les quatre principaux fabricants de vaccins contre le COVID-19 – Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson et AstraZeneca – ont tous choisi des protéines de pointe pour déclencher la réponse immunitaire. Il a expliqué pourquoi cela viole les principes de conception des vaccins.

Premièrement, les développeurs de vaccins doivent choisir une partie d’un organisme qui n’est pas intrinsèquement nocive.

«Nous savions avant qu’ils ne le choisissent que le bout de pointe qui dépasse à l’extérieur de ces virus appartient à une famille de protéines superficielles connues pour être biologiquement actives, pour avoir des effets neurologiques, pour avoir des effets thromboemboliques ou de caillots sanguins, et plus encore « , a déclaré Yeadon. « Donc, je savais que dès que j’aurais fait un peu de recherche fondamentale… il y aurait des problèmes de sécurité importants.« 

Deuxièmement, les développeurs de vaccins devraient choisir « une partie de l’organisme qui est génétiquement la plus stable« .

«Eh bien, ils choisissent le morceau qui mute apparemment le plus rapidement. Je savais donc que cela signifiait que dès que la dérive génétique standard se produirait, les vaccins cesseraient de fonctionner. »

Il a déclaré que les développeurs de vaccins devraient choisir une partie d’un organisme la plus différente des êtres humains, « afin que lorsque vous suscitez une réponse immunitaire à cela, cela ne se chevauche pas et ne vous frappe pas.

«Mais malheureusement, la protéine de pointe, bien que peu similaire, est la moins différente des protéines humaines. Il existe des dizaines de protéines humaines légèrement similaires. Et je pense que cela rend les réponses auto-immunes très probables. »

Une maladie auto-immune survient lorsque le système de défense naturel du corps ne peut pas différencier ses propres cellules des cellules étrangères, ce qui amène le corps à attaquer par erreur les cellules normales. Une auto-immunité induite par le vaccin anti-COVID-19 a été signalée .

« La collusion et la malversation » sont évidentes car les quatre principaux fabricants de vaccins ont tous choisi de coder la même protéine de pointe dans leurs vaccins à base de gènes, a déclaré Yeadon. De nombreux pairs et retraités de son industrie ont dit à Yeadon qu’ils ne choisiraient pas ce choix sous-optimal.

Le 1er décembre 2020, avant que la Commission européenne ne délivre sa première autorisation d’utilisation d’urgence pour un vaccin contre le COVID, Yeadon et le Dr Wolfgang Wodarg ont cosigné une pétition à l’Agence européenne des médicaments pour suspendre toutes les études sur les vaccins COVID-19, invoquant des problèmes de sécurité. Wodarg est un ancien président du comité de la santé de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

« En une semaine, moi Mike Yeadon aux manières douces, qui n’a jamais rien dit en public sur quoi que ce soit de toute ma vie en dehors de ma sphère professionnelle, j’ai été soudainement goudronné et emplumé comme anti-vax« , a déclaré Yeadon.

« Pourquoi est-ce que je fais cela? Ce n’est pas pour l’argent. Ce n’est pas pour la gloire. C’est parce que ce que je te dis est vrai. C’est la seule raison. Et je le fais pour mes enfants et petits-enfants », a déclaré Yeadon. Il a ajouté qu’il avait non seulement perdu une « grosse somme à six chiffres« , mais qu’il avait également été maltraité, sali, censuré et éliminé de son cercle social antérieur.

« Tout cela a finalement à voir avec le contrôle »
Yeadon a déclaré que faire pression pour la vaccination universelle et de nombreuses autres mesures pour faire face à la pandémie « n’ont pas à voir avec la santé publique, mais avec le contrôle« .

« Les seules personnes que vous pourriez vouloir protéger seraient les personnes très âgées et celles qui souffrent déjà de maladies chroniques« , a déclaré Yeadon. « Pourquoi voudriez-vous vacciner les 90 % restants ? Vous gaspillez de l’argent. Vous exposez la population à des risques inutiles. Et nous ne l’avons jamais fait auparavant. »

Il y a « trois éléments de preuve que je pense que personne ne peut réfuter », a déclaré Yeadon, faisant référence à trois groupes de personnes qui ne devraient pas être poussées à se faire vacciner : celles qui se sont remises du virus, les femmes enceintes et les jeunes enfants en bonne santé.

Yeadon a expliqué que les personnes qui se sont remises du COVID-19 ont une meilleure immunité parce que leur corps traite tous les composants du virus, pas seulement la protéine de pointe. Les femmes enceintes ne devraient pas prendre les vaccins car le fœtus en développement est très vulnérable et aucun test de toxicologie reproductive à long terme n’a été effectué. Et les jeunes enfants sont très peu exposés au virus.

« Je pense que l’objectif final est l’identification numérique obligatoire – la récompense réelle pour être vacciné, vous obtenez un laissez-passer de vaccination« , a déclaré Yeadon. « Et puis en parallèle il y a l’argent numérique, des monnaies numériques de la banque centrale. Et voilà, ces deux choses semblent se produire partout, et elles fusionnent. »

En juin 2021, la Commission européenne a proposé de donner à chaque citoyen un ensemble d’identifiants d’identité numérique. Chaque État membre doit offrir aux citoyens un portefeuille d’identification numérique pouvant être utilisé dans toute l’UE d’ici septembre 2023.

Le 9 mars, le président Joe Biden a signé un décret exécutif pour faire avancer le développement des actifs numériques, déclarant : « Nous devons soutenir les avancées technologiques qui favorisent le développement et l’utilisation responsables des actifs numériques« .

Yeadon a averti que le propriétaire de la base de données aurait un contrôle total sur votre vie pour toujours, car vous ne pouvez pas l’annuler.

« Je supplie les gens, même si vous croyez ce que le gouvernement vous a dit, soyez conscients et résistez, opposez-vous à la grille de contrôle numérique« , a déclaré Yeadon. « Parce que je ne vois aucun moyen de le défaire. Une fois que c’est fait… il ne sera plus possible de l’enlever. »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

49 % 20 280 € manquants

Il nous manque 20 280 € pour boucler 2022 !

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :