soutien-tsahal-3-mpi

Vendredi, nous apprenions que l’administration fiscale venait de priver Civitas de la possibilité d’offrir à ses donateurs la déductibilité fiscale partielle de leurs dons, avec redressement fiscal de 55.000 euros à la clé. Le motif ? Les activités organisées par Civitas ne seraient pas d’intérêt général.

Par contre, l’association juive Tsidkat-Eliaou, « agréée par différents ministères » serait d’intérêt général lorsqu’elle propose de fournir des douceurs aux soldats israéliens pour les soutenir dans leur invasion du territoire palestinien. Avec un slogan on ne peut plus clair : «Je soutiens les soldats de Tsahal et j’obtiens une réduction d’impôts de 66 % en France ». 

soutien-tsahal-mpi

L’association communautaire juive fait en effet savoir à ses sympathisants que, en vertu de l’article 200 du Code général des impôts, 66 % du don pour offrir des pizzas, des glaces ou des sodas aux soldats de Tsahal sont déductibles des impôts. Nos lecteurs constateront d’ailleurs qu’un tel don est déductible à 66 % pour une personne imposable en France mais seulement à 35 % pour une personne imposable en Israël.

Offrir la déductibilité en France pour des dons destinés à soutenir l’armée israélienne qui a sciemment bombardé la résidence du Consul de France à Gaza, c’est à n’en pas douter le reflet d’activités considérées d’intérêt général par l’administration fiscale française…

soutien-tsahal-2-mpi

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

21 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La clef des écritures


Voici une oeuvre qui mérite de vous être proposée.

Pour comprendre les Saintes Écritures, il faut dépasser l’intelligence de la lettre et en saisir l’esprit. « L’Écriture sainte, dit saint Grégoire le Grand, par la manière même dont elle s’exprime, dépasse toutes les sciences ; car, dans un seul et même discours, tout en racontant un fait, elle livre un mystère. »

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :