Si elle le voulait, Marine Le Pen pourrait, paisiblement, passer le reste de l’hiver au coin du feu en attendant le démarrage des festivités électorales, tellement ces adversaires se démènent pour elle. Non seulement les conjonctures internationales et nationales apportent de l’eau à son moulin, mais tous ses concurrents se révèlent inaptes à prendre un peu de hauteur. Quant au véritable enjeu électoral, ils ne l’ont toujours pas correctement assimilé. Empêtrés dans des affaires pas très claires ou dans des querelles de clocher, ils se marginalisent d’eux-mêmes en proférant de stupides paraphrases. En particulier, les rescapés du peloton d’exécution des primaires, accommodées par les deux grands partis qui ont gouverné la France, à tour de rôle, pendant un demi-siècle. Confusion d’un côté, dispersion de l’autre. Les compétiteurs qui restent, affectés dans des postures surjouées qui n’amusent plus personne, sont incolores et fades ; leurs indigences peuvent, tout au plus, servir de faire valoir…
 
Ces primaires, loin des préoccupations des Français, organisées pour départager les multiples postulants de chaque camp, droite et gauche, se soldent par un fiasco lamentable. Dans lequel, tout réajustement est devenu impossible. Plus que jamais, chaque clan se délite et se fractionne ; la cohésion du groupe n’existe plus, l’intérêt personnel est patent, les haines et les ressentiments s’étalent au grand jour. Et les citoyens, sidérés, au bord de la crise de nerfs, attendent la fin de la récré… Triste spectacle que cette fin de quinquennat et cette préparation chaotique de l’élection présidentielle à venir, pourtant fondamentale et historique en considération des causes de la crise que traverse notre pays. Quel terrible et cruel décalage ! 
 
Si aux États-Unis, les primaires fonctionnent plutôt bien et semblent parfaitement adaptées, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en France, la formule n’aboutit pas aux résultats escomptés. Probablement à cause de notre régime parlementaire et présidentiel, taillé sur-mesure pour le Général de Gaulle. Qui l’avait mis en place pour éviter les coalitions parlementaires incertaines… Qu’en ont fait les “gaullistes” d’aujourd’hui ? On voit le résultat : au fil du temps, le problème s’est déplacé à l’intérieur des partis en provoquant d’incessantes petites implosions, qui annoncent, vraisemblablement, le prélude à la dislocation finale et définitive de ces vieux partis. La recomposition du paysage politique est en marche !
 
Primaires pour rien, compétiteurs insipides, batailles d’ego, démocratie est en berne : l’échec est total. Tout ça pour rien ! Sauf que cela pourrait être un bien pour un mal : Marine Le Pen, a la possibilité de tirer les marrons du feu et d’engranger des ralliements qui ne vont pas tarder à venir de-ci delà, après quelques lâchages délectables. Finalement, la France pourrait y trouver son compte !
 
Messieurs les Prétendants, continuez comme vous êtes : vous êtes parfaits !

Claude PICARD

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :