Mike Poon le représentant du principal acquéreur de l’aéroport est recherché pour corruption, ici sur la place du Capitole à Toulouse en avril 2015. Mais Lavalin, l’acquéreur canadien, interdit bancaire, est lui aussi recherché pour corruption…

Le scandale!

L’Aéroport de Toulouse-Blagnac a été vendu…. C’est déjà un gigantesque scandale en soi!  Mais en plus il a été vendu à l’étranger!  La France est ainsi dilapidée par petits bouts et dispersée aux quatre coins de la terre, à qui veut bien l’acheter.

Mais ce n’est pas la fin du scandale: dans le cas de l’aéroport de Toulouse, qui dessert l’un des fleurons de l’industrie de l’aviation française: Airbus, l’Etat a même vendu la moitié du capital de l’entreprise publique à des aigrefins sans se soucier de la solidité des acquéreurs-exploitants. Le principal représentant du consortium d’achat est un chinois de Hongkong, Mike Poon, recherché par les autorités chinoises pour corruption, qui a disparu depuis un mois et demi au moins,  sans donner signe de vie et sans que personne ne sache où il se trouve.

Mais un autre des membres du consortium acquéreur, Lavalin, Canadien, serait pour sa part interdit bancaire par la Banque mondiale, également pour des faits de corruption, en Libye notamment…

Encore une affaire qui remue beaucoup d’argent avec des acteurs troubles, sans qu’on ait encore compris ce que la France et les Français avaient à y gagner. Par contre on a bien compris ce que les banques et le parti au pouvoir ont à gagner dans cette affaire trouble, qui curieusement ne fait pas les gros titres de la grosse presse.

Non seulement on ne voit pas ce que la France peut gagner avec cette vente, mais  il est clair que cet aéroport ne peut être qu’une perte pour elle, puisqu’il sera réglé, -si toutefois les acquéreurs ne signent pas un chèque en bois-, avec la planche à imprimer les billets. On se croirait en Russie sous Eltsine, lors du règne des oligarques, lorsque les biens publics russes étaient vendus pour des bouchées de pain à des exploitants privés.

Valls et Macron sereins

Mais qu’à cela ne tienne! Ni Manuel Valls, ni Emmanuel Macron ne sont le moins du monde inquiets. Ils l’ont dit l’un et l’autre avec assurance. Emmanuel Macron est même venu le clamer à Toulouse. les ministres, faute de respecter la propriété publique, auraient pourtant du se méfier.

Mike Poon était venu rassurer les Toulousains en avril dernier, qui s’inquiétaient de la privatisation de l’aéroport, au profit d’investisseurs chinois. Mike Poon (photo ci-dessus) est (peut-être encore ?) le président-directeur général du fonds d’investissement hongkongais Friedmann Pacific AM, un membre clef du consortium Symbiose, la société de gestion de l’ensemble de la plate-forme. qui a repris 49,99% d’Aéroport-Toulouse-Blagnac.

Mais depuis, l’homme d’affaires est recherché en Chine pour corruption concernant la China-Airline, une autre société qu’il présidait.

“La société concernée n’a que des liens indirects avec le consortium chinois qui a acquis une partie du capital de l’aéroport” assure le Premier ministre, dans une interview de la Dépêche du Midi. 

Cela doit-il nous rassurer? Cela ne démontrerait-il pas plutôt la légèreté avec laquelle la France est désossée par les socialistes avides de renflouer les caisses qu’ils vident par ailleurs pour acheter les électeurs musulmans?

La dette proche des 100% du PIB, mais la braderie continue

Rappelons-nous que 98% du PIB de la France est maintenant aux mains des banksters créanciers de la France et que la dette nationale, avec cette équipe socialiste, a augmenté de 52 milliards en ce premier semestre 2015, bien que des conditions économiques particulièrement favorables aient permis au Trésor de l’Etat d’encaisser 32 milliards de plus qu’au dernier semestre 2014. Soit une augmentation des dépenses de 93 milliards, rien que sur le premier semestre! Et cela alors que la France est dilapidée, désossée, vendue par morceaux de biens physiques réels  contre de la monnaie de singe. (Ecouter à cet effet les révélations de Pierre Jovanovic).

Mais voilà, Mike Poon, le richissime industriel chinois qui avait racheté l’aéroport de Toulouse en 2014, s’est volatilisé. «Il a totalement disparu des écrans radars il y a environ un mois», explique Me Lèguevaques, avocat du collectif des opposants à la privatisation d’ATB, le quatrième aéroport de France, «nous avons appris cela en plein salon du Bourget.” dit-il. Selon la rumeur il serait interrogé pour malversations dans son pays.

“l’aéroport était évalué à 150 millions d’euros, mais Mike Poon en a proposé 308 millions.”

Selon l’avocat du collectif des opposants, l’aéroport était évalué à 150 millions d’euros, mais Mike Poon en a proposé 308 millions. «Cette proposition nous semblait relativement bizarre.”, “cet aéroport n’a pas été privatisé, mais nationalisé au profit de l’État chinois».

Pour tenter de faire avaler cette privatisation au profit d’un consortium étranger, l’Etat prétendait que cette vente allait dynamiser l’aéroport. Et Mike Poon de renchérir… le 18 avril dernier à La Dépêche du Midi : «vous verrez que nous tiendrons les promesses que nous avons faites». Les Chinois ont toujours eu un sens aigu de l’humour !

Chantal Beer-Demander, la présidente du Collectif d’opposants à la privatisation est catégorique:

«les suspicions de corruption devraient amener le gouvernement à publier le pacte d’actionnaires et le projet industriel pour l’aéroport. Elles doivent surtout conduire à renoncer à la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, sans attendre le recours au conseil d’État que nous avons déposé avec nos conseils. Il n’y a pas que Mike Poon qui est dans l’œil du cyclone avec son consortium. Il y a également l’opérateur canadien Lavalin dont on ne connaît pas le rôle dans cette nouvelle gestion. Lavalin est interdit bancaire par la Banque mondiale également pour des faits de corruption, en Libye notamment. On ne sait même pas si Monsieur Poon a fait le chèque de 308 millions. Il y a trop d’opacité dans toute cela.»

Et quand il y a opacité dans une affaire, c’est forcément qu’il y a quelque chose à cacher.

 

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :