Après Soral en garde à vue, les comptes des membres de Génération Identitaire fermés sur Facebook, Twitter, et autres réseaux sociaux, et la liste est bien plus longue des censurés des Gafa, c’est au tour de  l’humoriste à l’humour noir, et décalé, Dieudonné de se voir banni de Facebook et Instagram. Raison invoquée : son « discours de haine » ! Déjà fin juin, sa chaîne  YouTube avait été fermée arbitrairement par la plateforme internet.

Cette page Facebook était, avant sa suppression, suivie par 1,3 million d’autres comptes Facebook. Le compte Instagram de Dieudonné était, lui, suivi par environ 36 000 autres comptes Instagram.

« Dieudonné M’Bala M’Bala a violé de manière répétée nos règles en matière de discours de haine, en publiant du contenu se moquant des victimes de la Shoah ou en employant des termes déshumanisants à l’encontre des juifs », a précisé Facebook au Monde, lundi 3 août.

« Par son comportement, il n’a également pas respecté nos règles sur la haine organisée. En conséquence, en conformité avec notre politique sur les individus et les organismes dangereux, nous avons banni de manière permanente Dieudonné M’Bala M’Bala de Facebook et d’Instagram », précise le réseau social.

L’annonce a été saluée par le CRIF et la LICRA. « Le mur de la page Facebook de Dieudonné M’Bala M’Bala est enfin tombé. (…) L’air est plus respirable ce matin sur les réseaux sociaux. Un antisémite a cessé d’émettre ! », s’est félicitée la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) sur Facebook. Dans un communiqué, l’organisation affirme voir dans ces fermetures « une grande victoire et l’aboutissement d’un travail de longue haleine, mené par nos équipes et nos avocats, qui a enfin fini par payer ».

« Toutes les formes de discours incitant à la haine et au racisme doivent être bannies des réseaux sociaux. Je salue la décision de Facebook et j’en espère d’autres », a réagi Elisabeth Moreno, le ministre délégué chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances. « Faire reculer la haine sur Internet et les réseaux sociaux suppose un engagement fort des acteurs du numérique, des associations et de l’Etat. On progresse… », a, de son côté, salué Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme.

Que l’on aime ou pas Dieudonné, cette censure, subjective, est un nouveau coup porté à la liberté d’opinions, quand ces dernières contreviennent à la pensée unique. 

Tout le monde avec un masque, nouveau bâillon des peuples, sauf la censure du politiquement correct : celle-ci avance de moins en moins masquée…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires