Sanctoral

IV° Dimanche Après l’Epiphanie

Sans mémoire du dimanche

Présentation de Jésus et Purification de la Bienheureuse Vierge Marie

La fête de ce jour a un double objet, célébrer la Purification de Marie et la Présentation de Jésus au Temple selon la loi de Moïse. Cette loi fixait le temps où les mères devaient se présenter avec leurs nouveau-nés devant les autels, et elle exigeait une offrande pour le rachat des enfants mâles. Ni Marie, toute pure dans sa maternité, ni Jésus, Fils de Dieu, n’étaient obligés à cette cérémonie; cependant par humilité, et pour donner aux hommes un éclatant exemple d’obéissance aux lois divines, Marie, accompagnée de Joseph et portant Jésus en Ses bras, Se rendit au Temple de Jérusalem. La fête chrétienne qui nous conserve le souvenir de cette cérémonie porte, dans le langage populaire, le nom de la Chandeleur, à cause de la procession qui se fait ce jour-là dans nos églises avec des cierges allumés. Les cierges symbolisent Notre-Seigneur Jésus-Christ, Lumière du monde; la procession représente le passage de la sainte Famille dans le Temple et la rencontre des deux vieillards Siméon et Anne. Saint Anselme, développant ce mystère, nous dit qu’il y a trois choses à considérer dans le cierge: la cire, la mèche et la flamme. La cire, ouvrage de l’abeille virginale, est la Chair du Christ; la mèche, qui est intérieure, est Son Âme; la flamme, qui brille en la partie supérieure est Sa Divinité.  La procession de la Chandeleur nous apparaît comme la marche du peuple chrétien à la lumière du Christ, figuré par les cierges que porte le clergé, la portion choisie de l’Église, comme Jésus même était porté entre les bras de Marie, entre ceux du saint vieillard Siméon et du pontife qui L’offrit au Seigneur. Les cierges de la Chandeleur sont bénits avec une solennité toute particulière et avec l’emploi des prières les plus touchantes. Conservés dans la maison des chrétiens, ils sont un gage de la protection divine. Il est dans l’esprit de l’Église d’allumer les cierges de la Chandeleur pour repousser les esprits de ténèbres, dans les dangers corporels et spirituels, au lit des mourants, pour éloigner d’eux l’ennemi des hommes, qui fait alors son suprême effort afin d’arracher les âmes à Dieu. C’est bien alors surtout, en effet, que l’homme a besoin du recours du Rédempteur, vraie lumière des âmes, pour illuminer les derniers instants de sa vie. La Chandeleur est la dernière fête du cycle de Noël. Les pensées de la fête sont une transition entre Noël et Pâques. Nous voyons encore le divin Enfant dans les bras de sa Mère, mais elle l’offre déjà en sacrifice.

Martyrologe

La Purification de la Bienheureuse Vierge Marie, fête appelée par les Grecs Hypapante (ou Rencontre) du Seigneur.

A Césarée de Palestine, saint Corneille le Centurion. Il fut baptisé par le bienheureux apôtre Pierre et élevé par lui à la dignité d’évêque de cette ville.

A Rome, sur la voie Salaria, la passion de saint Apronien greffier. Etant encore païen, au moment où il tirait Sisinnius de prison pour le conduire au préfet Laodicius, il entendit une voix du ciel disant: « Venez, les bénis de mon Père, possédez le royaume qui vous a été préparé dès le commencement du monde » : il crut, reçut le baptême, et, plus tard, frappé de la sentence capitale, il finit ses jours en confessant le Seigneur.

A Rome encore, les saints martyrs Fortunat, Félicien, Firme et Candide. A Orléans, en France, saint Floscule évêque.

A Cantorbéry, en Angleterre, l’anniversaire de saint Laurent évêque. Il gouverna cette église après saint Augustin, et convertit à la foi le roi lui-même.

A Prato, en Toscane, sainte Catherine de Ricci, vierge de Florence, de l’Ordre de saint Dominique, remarquable par l’abondance des dons célestes. Elle a été inscrite au catalogue des saintes vierges par le souverain pontife Benoît XIV.

A Bordeaux, sainte Jeanne de Lestonnac, veuve, fondatrice de l’Institut des Filles de la Bienheureuse Vierge Marie. Remarquable par l’ardeur de sa charité et son zèle dans l’éducation des jeunes filles, le pape Pie XII l’a mise au nombre des Saintes.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :