Emmanuel Macron a annoncé, après ses entretiens d’hier avec le pape François et les responsables des cultes en France, que les églises ne rouvriront pas avant juin, ce qui signifie que les catholiques seront encore privés de messes pendant des semaines. Comme ils en sont privés depuis plus d’un mois de confinement. Et aucune exception n’a été tolérée pour les fêtes de Pâques.

Parallèlement à cette annonce, le préfet de police de Marseille,  Emmanuel Barbe, par une déclaration candide à  Radio Gazelle, la radio communautaire musulmane, donne latitude aux musulmans de se retrouver malgré le confinement entre voisins pour la rupture, chaque soir, du jeûne du ramadan qui doit débuter cette année le 24 avril et durer jusqu’au 23 mai :

« Certes, a-t-il expliqué, nous ne pourrons pas éviter que les gens se rendent visite les uns les autres dans une même barre d’immeubles. Mais, là, il s’agit d’une question de responsabilité individuelle. Il me semble que la période du ramadan permet encore plus que d’habitude de veiller les uns sur les autres. En revanche, les soirées festives » hors les murs, « comme il y en a tous les ans à cette période, seront interdites ».

Deux poids, deux mesures, que vous soyez un honnête catholique ou un frauduleux musulman, tel est la morale de l’histoire ! Et c’est le frauduleux qui obtient gain de cause. La soumission aux mahométans, certainement par peur des déchaînements et des actes de guérilla en banlieues, est le mot d’ordre qui définit le mieux la lâche et injuste attitude des autorités politiques, administratives et civiles de la République française.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. Soupape says:

    1 – Question : les fra mossânes … pourront-ils toujours se réunir … à 3 heures du matin ?

    en s’entassant … dans un garage du quartier ?

    Réponse : bien sûr que oui !

    D’ailleurs … le conseil des ministres TOUT ENTIER … est une réunion de leauje …

    2 – Les ministres respectent-ils entre eux … les distances ?

    Réponse : Ils n’en ont pas besoin, … car ils ont tout pris, EN SECRET, de la chloroquine,

    et ont tous la mine reposée …et le teint frais …

    au lieu d’avoir le teint VERDÂTRE …

    des ministres … préoccupés par la santé publique … et dormant peu …

  2. Dès le début, on voyait que cette sinistre farce était dirigée contre les derniers catholiques de la planète. Macron et sa clique savent ce qu’ils veulent et ne prennent pas de gants, mais la matraque et la grenade.
    Ce n’est pas la peine de demander aux évêques de s’apercevoir qu’ils trahissent le Christ. Ils sont soit complices, soit trouillards. Je rappelle qu’aucun décret ne précise la fermeture des églises ni l’interdiction d’assister aux offices. Ce sont les évêques qui ont tout bouclé, pour jouer aux bons élèves. Les déclarations orales de Macron ou des préfets n’ont aucune valeur juridique si un décret ne l’impose pas. Les dérogations accordées aux musulmans le prouvent amplement: ils sont dans la “légalité” des décrets préfectoraux et du décret national, comme les catholiques le seraient en assistant aux messes et offices. Macron et sa clique violent les lois de 1905 et la Constitution et violent leurs propres décrets. Ils n’en ont rien à foutre du bien commun. Le peuple va-t-il se réveiller au bruit des chars et des fusillades?

  3. sic “Ce sont les évêques qui ont tout bouclé,”
    Oui !
    Et ne passons pas sous silence la complicité de quasiment tous les prêtres tradis, depuis le rallié de base jusqu’au sédévacantiste le plus acharné. Porte close à peu près partout.
    J’ai lu quelqu’un qui morigénait les gens sur un forum en leur reprochant de ne pas faire un effort pour trouver une messe !! Il est marrant lui, depuis chez moi il faut faire combien de centaines de km pour trouver un prêtre qui célèbre encore en public ? Le Puy de Dôme s’est totalement enfoncé dans l’apostasie…