Le diocèse de Florence, en Italie, a décidé de vendre, pour 700 000€, 8 000 mètres carré de terrain de sa propriété sis à Sesto-Fiorentino. A qui ? A la communauté islamique locale, pour que cette dernière puisse y bâtir une mosquée pour les musulmans du coin.

« L’archidiocèse confirme son engagement pour le respect et l’écoute des autres fois et traditions religieuses, en vertu de ce qui est enseigné par le concile Vatican II, en rappelant la centralité de la liberté religieuse, fondement de tout autre droit et de toute autre liberté » lit-on dans le document qui avalise le protocole de vente entre la Curie locale, la municipalité, l’université de Florence et l’Association pour la mosquée de Florence.

Cette opération a été totalement bénie par le cardinal-archevêque de Florence, Mgr Giuseppe Betori :

« La transformation de la société occidentale en société multi-ethnique, multi-culturelle et multi-religieuse est une réalité et un futur qui nous attend inéluctablement. »

Gageons que lors de l’inauguration future de cette mosquée, Mgr Betori, s‘il est encore de ce monde, y sera présent comme Mgr de Moulins-Beaufort fut présent à l’inauguration de celle de Reims. D’un côté à l’autre des Alpes, les évêques conciliaires s’adonnent à l’islamophilie active et pratique! Autre fruit pourri du concile Vatican II…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :