La mort d’un adolescent roué de coups par d’autres mineurs et l’affaire du lycéen braquant un pistolet à bille sur son professeur conduisent à s’interroger sur l’effacement des pères, analyse la philosophe Chantal Delsol dans une tribune publiée par Le Figaro.

La stupeur domine à voir un garçon de 13 ans tué à coups de barres de fer par des adolescents de son âge aux Lilas (Seine-Saint-Denis). On a le sentiment – le souvenir? – que «cela n’arrivait pas avant». Les rixes et les règlements de comptes existent dans toutes les zones urbaines, et certaines en sont coutumières. Mais un jeune ado, presque un enfant! Puis, on nous informait que, à Créteil, un lycéen a braqué un pistolet à bille sur son professeur afin d’être marqué présent pendant qu’un de ses camarades filmait la scène et la diffusait sur les réseaux sociaux…

L’enfant n’est pas le bon sauvage de Rousseau. Il attend son humanisation. Si on ne l’humanise pas d’une manière ou de l’autre il se hâte de demeurer au chaud dans la barbarie primitive. (…)

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 commentaires

  1. Alexandre Sanguedolce says:

    Il a pas fait exprès, c’est un garçon gentil à la maison, ce sont les autres qui l’ont obligé à braquer un flingue, et puis c’est même pas un vrai, c’était juste pour rire….

  2. Je vous rappelle que le père de ce délinquant l’a accompagné au commissariat suite à cet acte inadmissible. Il y a père et père.

  3. balaninu says:

    Plus aucune aide de l’état !!!! car les aides que perçoivent ces gens c’est nous à la sueur de notre front qui alimentons le réservoir ! marre de tous ces imbéciles qui ne comprennent rien ! Tout n’est pas un dû il y a des DEVOIRS !

  4. Cadoudal says:

    la République ne se connaît qu’un seul devoir :

    celui de détruire la civilisation chrétienne.

    elle est très zélée pour cela.

    l’ esprit pourri de mai 68 souffle partout.

  5. Quand Dieu le Père a été éjecté de la société des hommes, il est normal que cela ait impacté l’image des pères.
    Emasculés, castrés, efféminés, par un féminisme fanatique, les pères ont été évacués de la famille. Les irresponsables et jouisseurs y trouvent leur compte, ils profitent de la situation et cela retombe sur les femmes. Les pouvoirs publics ont tout fait pour miner l’autorité des pères.
    La guerre hommes contre femmes est une façon efficace de tout détruire. Les féministes sont manipulées par plus malins qu’elles.

  6. Jean-Pierre DICKES says:

    Je n’avais pas vu ces images. Il y a tellement de faits divers de cette nature dans ma région pour m’intéresser à ceux qui se passent ailleurs ; je n’y vois qu’une décadence d’une société, dirigée par des incapables depuis plus d’un demi siècle. . Si je ne m’abuse ce “jeune” est noir et probablement issu de l’immigration. Comment le savoir ?

  7. Thémistoclès says:

    Pour qu’il y ait un père, il faut d’abord qu’il y ait un mari.
    Quand la femme s’émancipe et revendique l’Autorité, pour les enfants le père disparait.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !