pape-francois-MPI

Décidément, on ne comprend plus rien. Dans le motu proprio Mitis Judex Dominus Jesus au Titre V, 14/1, il est mentionné parmi les causes de nullité du mariage, « le manque de foi qui peut générer la simulation du consentement ». En clair, si lors du mariage, l’un des deux membres du couple n’a pas suffisamment la foi ou fait semblant de l’avoir, l’évêque du coin peut prononcer la dissolution du mariage. Or quel est le critère du « manque de foi » ? Y a-t-il un étalonnage officiel de ce concept ? A la limite, qui que nous soyons, nous pouvons tous dire que nous manquons de foi. Qui peut donc définir objectivement cette notion ? Si bien qu’en pratique cette clause permet à tout le monde de divorcer en arguant son « manque de foi ».

Cependant, le pape François a fait une mise au point à propos du mariage, à l’occasion de son discours annuel devant le tribunal de la Rote romaine, le vendredi le 19 janvier, alors qu’est entrée en vigueur sa réforme facilitant la procédure en nullité de ce sacrement. Il a fait une déclaration devant clarifier la question du critère de foi pour en apprécier la validité. « Il est bon de redire avec clarté que la qualité de la foi n’est pas une condition essentielle du consentement matrimonial…Il n’est pas rare que les époux (…), au moment de la célébration, aient une conscience limitée de la plénitude du projet de Dieu ». Le pape ajoute que le mariage  « n’exige pas la foi personnelle des époux ». En clair, même si chacun d’entre nous n’a pas suffisamment la foi ou ne l’a même pas du tout, cet état rend possible le mariage, donc sa validité au moment où il est célébré.

Or selon le dictionnaire Larousse, le mot de « manque » (comme cela est écrit dans le motu proprio) se définit comme « ne pas disposer en quantité suffisante ». Cas de nullité du mariage. Puis en revanche le pape considère que la qualité de la foi ou même l’absence de celle-ci n’est pas essentielle au sacrement. Nous sommes en pleine contradiction. Comment un catholique peut-il se situer dans un tel imbroglio au moment de recevoir le sacrement du mariage ? Au mieux, il peut considérer qu’il peut pratiquer une forme de mariage valide à l’essai. Au pire qu’il a droit au divorce à la carte.

Nous sommes donc en pleine pagaille idéologique. Le pape, dans sa dernière déclaration, oublie ce qu’il a écrit dans son motu proprio. Un catholique peut en toute logique se demander s’il n’est pas un tout petit peu vieux. Face à cette clarification alléguée, les canonistes doivent s’arracher les cheveux.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Pour Noel,

offrez à vos proches un abonnement

à la revue de CIVITAS !

Le numéro 82 – Franc-maçonnerie, un excellent numéro, est le dernier sorti !

Cliquez ici pour vous abonner.

%d blogueurs aiment cette page :