Nucatola 1

Un scandale fait actuellement la « Une » de beaucoup de publications américaines. Il circule une vidéo sur Internet qui dure deux heures. Elle montre le Dr Deborah Nucatola qui depuis 2009, est directrice du département de la santé à Planned Parenthood. Cet organisme est l’équivalent de notre planning familial mais en plus possède des cliniques d’avortement. Cette femme enseigne et pratique les avortements tardifs au-delà de 24 semaines de grossesse à Los Angeles. Elle négocie des morceaux de fœtus lors d’un repas d’affaires. Derrière un verre de vin rouge, elle explique tranquillement que pour avoir des organes fœtaux en bon état, elle diligente des avortements par naissance partielle (partial birth abortion) même si cela est interdit par la loi. Le principe consiste à extraire l’enfant par les pieds et dès que la nuque est accessible, le crâne est percé à sa base pour évacuer le cerveau ; ce qui permet de réduire la tête pour qu’elle se dégage plus facilement. Mais l’idéal est quand même de récupérer celle-ci en bon état. Elle explique en mâchant sa salade que chacune d’entre elles rapporte un maximum de dollars. Pour ne pas utiliser le mot de « tête » assez bizarrement elle parle de « calvarium ». Effroyable confusion sacrilège.

Nucatola 2

L’acheteur qui apparemment est mandaté par une compagnie de biologie discute les prix. « Y a-t-il une différence importante de prix entre l’organe qui est proposé et celui dont lui a besoin ? ». « Il y a une énorme différence », répond-t-elle. En effet les foies sont les plus recherchés et rares ; ensuite le cœur et les poumons. Mais la femme lui explique qu’elle adapte sa technique aux commandes qui lui sont faites. Bien sûr, officiellement les organes vendus sont étiquetés « tissus destinés à la recherche ». C’est ce que nous appellerions en France « la couverture officielle ».

Les réactions à cette épouvantable vidéo furent telles que Planned Parenthood fut obligée de fermer immédiatement son compte twitter. Le gouverneur de la Louisiane Boby Jindal lança une enquête sur les activités de Planned Parenthood. L’actrice Patricia Heaton a comparé Nucatola à Hannibal le cannibale. Deux candidats à la présidence des Etats-Unis, Rick Perry et Carly Fiorina, demandent qu’une enquête soit diligentée par l’Etat fédéral. Le Parti Républicain a rejeté les fonds alloués (près de 5 millions de dollars) à la fondation Komen qui lutte contre le cancer du sein mais subventionne grassement l’avortement au travers de Planned Parenthood.

Il apparaît que le trafic d’organe va contre la loi. Il est puni jusqu’à dix ans de prison et une amende de 500.000 dollars d’amende selon le code de la santé publique (42 U.S.C. 289g-2). Le plus étonnant est que cette loi fédérale a été votée par un membre du Congrès nommé Henri Waxman alors qu’il était un des dirigeants de Planned Parenthood. Une vente d’organe ne peut être faite qu’avec l’accord des « parents » ayant sollicité l’avortement ; et ceci au profit d’un proche ayant des raisons médicales précises d’indications à une greffe. Une pétition circule actuellement contre cette monstruosité qui fait du Professeur Frankenstein un enfant de chœur.

Les sociétés occidentales ont perdu tout repère ; elles perdent les valeurs apportées par le christianisme et inéluctablement elles s’acheminent vers la barbarie la plus abjecte ; celle durant laquelle on vendait de la chair humaine. C’était il y a 2000 ans.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

16 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER “Les vaccins en question”, ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :