Jean Verdon, ancien professeur d’histoire médiévale à l’université de Limoges, est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à divers aspects du Moyen Âge.

En Occident, au Moyen Âge, la religion, c’est-à-dire le christianisme, structure toute la vie sociale, avec un fort cadre paroissial, une éducation religieuse et une année liturgique qui rythme la société.

Les chrétiens, au cours des trois premiers siècles de notre ère, avaient connu de nombreuses persécutions. Cette situation change au début du IVe siècle avec l’édit de tolérance favorable au christianisme signé en avril 311 par l’Auguste Galère, suivi en 313 par l’édit de Milan qui accorde la liberté de culte aux chrétiens. Mais la phase décisive est l’édit de Thessalonique, signé en l’an 380 par l’empereur Théodose, déclarant : “Tous nos peuples (…) doivent se rallier à la foi transmise aux Romains par l’apôtre Pierre (…) c’est-à-dire reconnaître, en accord avec l’enseignement apostolique et la doctrine évangélique, la Divinité une et la sainte Trinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit”. Théodose institue donc le catholicisme comme religion d’Etat.

L’ouvrage nous en montre les conséquences sur la vie quotidienne, avec la place réservée à la prière, au repentir, à la charité, à la recherche de la sainteté, et le souci d’une bonne mort, en bon chrétien, qui préserve autant que faire se peut des flammes de l’enfer.

Être chrétien au Moyen Âge, Jean Verdon, éditions Perrin, 400 pages, 22,50 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Soupape says:

    Au moyen âge, personne ne savait lire et écrire … sauf les clercs.
    Donc les chrétiens connaissaient mal les Ecritures,
    et s’en remettaient à leurs ecclésiastiques …

    Puis les gens se sont mis à savoir lire (et écrire)
    et l’Eglise n’a pas compris qu’il fallait élever
    le niveau de compréhension des Ecritures
    à la fois pour les simples fidèles,
    et aussi pour les ecclésiastiques, qui n’avaient pas la science infuse !.

    Les deux Guerres mondiales ont contribué à empêcher
    de procéder à cette réforme de l’enseignement de la FOI.

    Puis les professeurs de théologie ont commencé à vaciller … .
    faute de comprendre le sens et la logique des dogmes,
    qu’on ne leur avait jamais expliquées …

    Beaucoup se contentaient, secrètement, de se mettre au garde à vous …
    sans vraiment comprendre la vraie FOI.

    Alors ils ont commencé à “reformuler” l’Evangile, etc …
    et on en est arrivé … à ce que nous voyons …

    • Fabrice says:

      Ca veut dire quoi “élever le niveau de compréhension des Écritures” ??
      Notre Seigneur révèle tout aux “petits” et le cache aux “savants”. Le niveau des Écritures est accessible à tous, pas besoin d’en “élever le niveau” !
      C’est pourquoi la Sainte Vierge s’est souvent montrée à des ignorant(e)s qui ne savaient quelquefois ni lire ni écrire et qui ne connaissaient que le Pater et l’Ave…