« Vincent Lambert : silence on tue » avait titré le 20 mai dernier le polémiste Yvan Rioufol dans une chronique au vitriol d’une société qui veut se débarrasser, au nom de grands sentiments altruistes et de la dignité humaine, des grands handicapés, charge lourde pour la collectivité. « En effet, Vincent va mourir non pas parce qu’il est en fin de vie – sa respiration reste autonome, son cœur bat sans stimulateur cardiaque, il n’est pas en soins intensifs – mais parce qu’il est lourdement handicapé » continuait le journaliste avant d’ajouter « cette mise à mort est une lâcheté ».

Et cette « mise à mort », un instant mise en suspens grâce au jugement de la Cour d’appel de Paris qui avait obligé, le 20 mai, le docteur Sanchez et le CHU de Reims à reprendre les traitements, interrompus le jour même. La Cour de Cassation, saisie par le ministre de la Santé vient de casser le jugement de la Cour d’appel et donc d’ouvrir la voie à un nouvel arrêt des soins de Vincent Lambert. Une voie dans laquelle s’est empressé de s’engouffrer le docteur Sanchez qui, par un courriel adressé aux membres de la famille du patient, leur a annoncé ce nouvel arrêt des soins, ce qui conduira Vincent Lambert à la mort. « Le cours de la procédure d’arrêt des traitements », à laquelle la Cour de cassation a ouvert la voie vendredi, « sera poursuivi à partir de ce jour », leur a écrit le 2 juillet le docteur Vincent Sanchez qui en appelle, toute honte bue, « à la responsabilité de chacun » afin que « l’accompagnement de Monsieur Vincent Lambert soit le plus paisible, intime et personnel possible ».

Pauvre docteur Sanchez, les parents de Vincent ne le laissent pas tuer leur fils paisiblement…

Silence, on tue… et s’il vous plaît laissez-nous tuer paisiblement !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

21 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :