Le rêve de nombreux catholiques : l’existence d’une «fronde» de

cardinaux conservateurs pour amener François à la renonciation.

Le journal italien La Stampa se fait l’écho ces derniers jours de rumeurs sérieuses sur l’existence d’un « complot » qui consisterait à pousser François vers la sortie. Pour de nombreux catholiques, dont nous sommes, il y a longtemps que François est sorti du catholicisme

Cette rumeur a commencé à prendre corps après la parution du livre de l’ancien secrétaire personnel de Benoît XVI, Mgr Georg Gänswein, intitulé Rien d’autre que la vérité. Le prélat allemand y raconte les circonstances de la vie du pontife bavarois au monastère Mater Ecclesiae, au cœur du Vatican, suite à sa renonciation en 2013.

Le journaliste italien Massimo Franco évoque, dans le quotidien Corriere della sera, le 8 janvier, les «surprenantes attaques» de Mgr Gänswein qui «ont été considérées comme le début d’une phase de confrontation ouverte».

Pour Nick Squires, correspondant à Rome du journal britannique The Telegraph, la mort du pape Benoît XVI a ouvert la voie aux conservateurs qui s’opposent aux dérivent de François sur des questions telles que l’homosexualité, l’avortement, la communion pour les divorcés remariés, le célibat des prêtres, la guerre faite aux « traditionalistes » à travers Traditionis Custodes, etc., etc.

Quant à nos confrères de presence-indo.ca, ils listent les éventuels « comploteurs » :

« Mgr Gänswein aurait ainsi été la première cheville ouvrière de l’offensive. Une seconde salve se préparerait avec la sortie annoncée d’un autre livre, cette fois du cardinal Gehrard Ludwig Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi – lui aussi ‘écarté’ par le pape François – intitulé En toute bonne foi. L’ouvrage attaquerait en profondeur le pontificat franciscain.

Outre ces deux figures allemandes, les vaticanistes n’hésitent pas à nommer les autres «comploteurs» présumés: le cardinal américain Raymond Burke, ainsi que son compatriote archevêque Timothy Broglio. Ce dernier vient d’être nommé à la tête de la Conférence des évêques des États-Unis (USCCB). Le cardinal guinéen Robert Sarah, ancien président du dicastère pour le Culte divin et les sacrements, est aussi cité. »

Malgré ce faisceau d’indices, il convient de rester prudent : malgré ses 86 ans l’occupant actuel du Trône Pontifical est toujours aussi rusé et il est très capable de faire courir des bruits de départ – forcé ou pas –  pour faire sortir du bois ses ennemis afin de les éliminer plus facilement.

N’oublions jamais que ce jésuite conciliaire a déclaré avec une grande « sincérité » :  « Je peux dire que je suis un peu fourbeun po’ furbo »).

Sources : La Stampa / Corriere della sera /  presence-indo.ca / The Telegraph / Catho.ch

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :