Des actes de violence et de profanation antichrétiennes ont été commis dimanche 27 avril en Galilée.
Une situation inquiétante qui a été rapportée et dénoncée par les Ordinaires Catholiques de Terre Sainte. Le lieu saint de Tabgha, au bord du lac de Tibériade, géré par les Pères Bénédictins a été profané. Un groupe d’une douzaine de jeunes juifs religieux orthodoxes venant de la « source de Job » s’est mis à caillasser la grande croix située à côté de l’autel ainsi que la croix d’autel.

L’église orthodoxe d’Al-Bassah située au Nord-Ouest d’Israël a elle été profanée pendant un baptème. Et ce même dimanche, Mgr Marcuzzo, vicaire patriarcal en Galilée a reçu une lettre de menace, signée de la main d’un rabbin de la région. Pour lui, ces actes sont non seulement des atteintes aux signes religieux mais surtout aux fidèles.

Mgr Marcuzzo s’est rendu sur les lieux lundi. Il a exprimé aux Communautés bénédictines locales victimes de ces violences, la solidarité du Patriarche et de l’Assemblée des Ordinaires, ainsi que la volonté de suivre de près l’affaire avec les autorités. Ce mardi après-midi, la police israélienne a annoncé l’arrestation d’un suspect qui avait menacé de mort Mgr Macuzzo, dans la ville voisine de Safed. 

De tels incidents commis par des juifs orthodoxes sont assez fréquents mais peu médiatisés.

Ci-dessous, une photo d’un monastère chrétien victime de profanations en septembre 2012.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La clef des écritures


Voici une oeuvre qui mérite de vous être proposée.

Pour comprendre les Saintes Écritures, il faut dépasser l’intelligence de la lettre et en saisir l’esprit. « L’Écriture sainte, dit saint Grégoire le Grand, par la manière même dont elle s’exprime, dépasse toutes les sciences ; car, dans un seul et même discours, tout en racontant un fait, elle livre un mystère. »

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :