On vit non une époque renversante mais transversante. Dans le sport, le transsexualisme a pris le pouvoir au propre et au figuré.

Le Comité international olympique a annoncé de nouvelles directives pour la participation des athlètes transgenres aux compétitions féminines. La participation des hommes aux compétitions féminines a été libéralisée sans aucune restriction. Il vient d’abolir les règles sur les niveaux d’hormones pour les athlètes « féminines » trans de sexe masculin. Les directives régissant le niveau de testostérone dans le corps d’un athlète ont été assouplies et sont désormais considérées comme « médicalement inutiles » par le CIO.

C’est une mauvaise nouvelle pour les stars du sport féminin d’élite, une gifle face à la réalité, une énième violence et discrimination envers les femmes. En faisant concourir des hommes qui se croient femmes dans les compétitions féminines, le CIO aura immanquablement sur le podium son champion trans. De quoi complaire à la gaystapo arc-en-ciel et son idéologie de genre, et tant pis pour l’offense faite aux athlètes féminines.  Car ces règles profitent aux athlètes nés de sexe masculin qui n’ont plus à réduire artificiellement leur taux de testostérone à l’approche de la compétition, et seront donc à peu près certain de gagner. 

« Les athlètes nées de sexe féminin souhaitant concourir contre des hommes n’ont pas non plus d’obstacles, mais pouvez-vous n’en nommer qu’un ? » ironise le journaliste britannique, Damien Wilson

La décision de ces derniers jours n’est que la dernière étape d’une escalade dans les délires lgbtqi+, le tout toujours au nom de la tolérance intolérante qui efface toutes les différences et nie la nature biologique, et même si pour arriver à cette indifférenciation faut-il sauter de contradiction en contradiction. Après le féminisme fanatique qui a voulu abolir les différences entre les hommes et les femmes, voilà le transsexualisme qui veut effacer les différences entre les femmes et les hommes, et par là inaugure à nouveau le triomphe de la tant honnie « masculinité » soit-elle féminisée.

Sans surprise, cette décision genderophile a été célébrée comme une victoire par la presse et les lobbies arc-en-ciel, qui exigent l’élimination de la précieuse différence « féminine », ayant comme but ultime l’abolition complète de Dieu le Créateur.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

25 % 29 955 € manquants

10045 € récoltés / 40 000 € nécessaires – depuis le 15/10/2021
Compteur mis à jour le 30/11/2021

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Derrière ces fermetures arbitraires, il y a l’influence d’une commission gouvernementale dont nous parlerons plus tard.

Mais rien ne nous fera taire. Seulement, pour aller toucher nos compatriotes et faire connaitre MPI, il nous faut des moyens supplémentaires.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Les plus de 1200 vidéos seront bientôt disponibles sous peu sur une autre plateforme.

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :