Un sourire pour commencer : en matière fiscale le gouvernement semble avoir adopté un principe shadok : pour qu’il y ait le moins de mécontents possible, il faut toujours taper sur les mêmes !

Pour tenter d’apaiser le mouvement des gilets jaunes, qui tournait à la révolte générale, le gouvernement a « lâché » un certain nombre de concessions. Cependant, l’on peut constater que, pour beaucoup, il s’agit de leurres.

La contestation est en effet partie d’un refus de la taxation et de la surtaxation. L’on ne doit jamais perdre de vue qu’il s’agissait tout d’abord d’une hausse massive des carburants, avec une justification pseudo écologique (étant précisé que l’écologie ne bénéficiait que très de manière très marginale de la taxe…) et une intention pseudo- moralisatrice et répressive (notamment à l’égard des possesseurs de diesel) Le gouvernement s’est pris pour Monsieur Hulot, mais cela était d’autant moins vraisemblable que l’intéressé avait précédemment claqué la porte. Au final, personne n’a cru en la sincérité gouvernementale, d’où l’explosion à laquelle l’on a assisté.

Le gouvernement a donc dû, quoi qu’il en ait, se résoudre à faire des concessions. Mais, en l’état actuel des réponses, elles manqueront leur but et le mouvement des gilets jaunes risque de reprendre comme un feu mal éteint. En effet, à l’origine de ce mouvement se trouvent pour une grande partie les classes moyennes, toujours pressurées et jamais favorisées. Ce n’est pas en arrosant de subventions et de cadeaux les « sans-dents », comme disait François Hollande, que l’on calmera la colère de ceux qui ont trop, selon le gouvernement, pour bénéficier des largesses, mais en fait pas assez pour profiter normalement des fruits de leur travail. Le gouvernement confond des contribuables en colère et des assistés !

Promesses et annonces ou pas, il convient d’observer que le compte n’y est pas : la pression fiscale est toujours la même sur les classes moyennes. Ceux qui ont économisé, ceux qui ont travaillé, ceux qui ont passé des concours, sont en droit d’attendre des résultats, même s’ils ne sont pas des « premiers de cordée » ou des gagnants de la mondialisation. Après la police, le gouvernement risque les mois prochains de voir dans la rue les infirmières, les médecins, les professeurs, etc… Il se heurtera de nouveaux aux petites et moyennes entreprises, aux paysans et aux transporteurs. Ni prolétaires ni actionnaires ils demanderont des comptes. Si le gouvernement ne va pas au pays réel, le pays réel ira au gouvernement !

Autre indice du refus d’un vrai changement, et autre motif de reprise du mouvement : le gouvernement persiste dans sa politique calamiteuse qui consiste à créer des discriminations destinées à maintenir, au moins en partie, l’oppression fiscale. Par exemple, au lieu de renoncer purement et simplement à l’augmentation de la CSG sur les retraités, il a distingué entre les « petites » et les « grosses » retraites, qui ne sont d’ailleurs pas si grosses que cela (il suffit de comparer avec le traitement d’un ministre ou d’un député en marche). Le gouvernement avait déjà agi de même pour l’ISF, où il a scandaleusement distingué entre la fortune mobilière (les actions, les dividendes…) qu’il a fait échapper à l’impôt, et la fortune immobilière (maisons, appartements) qu’il continue d’y soumettre. L’on préfère la fortune anonyme et vagabonde, souvent en mains étrangères, qui va, vient et spécule, aux petits propriétaires français de la terre qui, elle ne ment pas. De même n’est-il pas question des droits de succession qui laminent les patrimoines et aboutissent à expulser les héritiers de leur demeure familiale et à vendre les entreprises aux étrangers. L’on ne pouvait guère attendre mieux d’un ancien employé de banque… (il vaut mieux, il est vrai, travailler à la banque que vivre du poker, même si les deux mènent au gouvernement !)

L’ on doit enfin mettre le gouvernement en garde contre une tentation. Prétendant trouver des interlocuteurs et des terrains de discussions, il est tenté de les fabriquer à sa convenance. Ici encore il joue à l’apprenti sorcier. Si les personnes qui sont descendues dans la rue ne retrouvent pas leurs revendications dans les réformes, il n’est pas à besoin d’être devin pour penser qu’elles y redescendront. Un exemple parmi d’autres : le Président de la République avait annoncé un débat sur l’immigration, sujet jusqu’ici  «verrouillé » par les médiamenteurs. Le gouvernement semble avoir fait marche arrière sur cette question. Il ferait mieux de réfléchir et d’y revenir : les assurances ne sont chères qu’avant les accidents. Plutôt de dire qu’il n’y a plus d’argent, il faut rendre aux Français les milliards des immigrés. Le progressisme mondialiste ne pourra plus empêcher longtemps la prise en compte des solutions nationales que désirent les Français, qui ne sont pas plus sots que les Hongrois ou les Italiens. Faut-il en dire davantage ?

François Marceron.

NB : Une suggestion d’économies pour le gouvernement : beaucoup de radars ont été vandalisés lors des événements de ces dernières semaines. Il ne faut pas les rétablir. Il conviendrait de mettre les radars sous le contrôle des maires qui décideraient d’en placer un nombre très limité aux endroits réellement dangereux.

Comme le disait Maurras, l’État républicain donne théoriquement aux Français le droit de se prononcer sur les questions de politique nationale et internationale les plus compliquées, mais il leur refuse la possibilité de décider de l’emplacement d’une fontaine ou d’une route dans leur village !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 commentaires

  1. Laisser les emplacements des radars aux maires ne me parait pas une bonne idée.
    Il y a des maires qui les refuseront par idéologie et d’autres qui en mettront tous les 100 mètres avec des zones 30, des dos d’ânes, des chicanes et des stops sur des voies de dégagements ou de passage.
    Non, il faut virer tout simplement les radars qui stressent les conducteurs et aboutissent à l’effet inverse recherché.
    Pour les endroits réellement dangereux il existe des feux rouges avec détecteur de vitesse (pas les radars de feux). Lorsque le feu détecte une vitesse trop élevée, il passe au rouge. Lorsque le conducteur ralenti, il repasse au vert. On a ainsi l’effet recherché sans verbalisation. Cela est suffisant pour atteindre l’objectif sans stresser toute une population.
    Il y a des tas de choses à faire sur la sécurité routière mais pour cela il faut sortir du racket et du répressif en y associant la population. Mais la répression actuelle rapporte trop à l’état et aux copains qui gravitent autour.

  2. Les mafieux de ce totalitarisme veulent notre eradication ,ils ont deja bien reussit ,vieux qui se laissent mourir ,vaccins tueurs ,ivg forcés,prelevement a la source ,vu l enculade des cartes grises ,aides sociales magouillees a reclamer des “”trop percus “,l invasion ,les taxes a expulser les retraités ,heritiers ,ces ordures finiraient de nous eradiquer ,,Pas de negociation ,,c est eux ou le peuple ,,leurs carambars et malabars ,,qu ils gardent pour leus chiens avec le captagon qu ils leur refilent ,,

  3. INFO pour MPI .
    macron aurait fait ” déplacé” tout l’or de la banque de FRANCE , aux USA dans une banque de 2ème ordre ?

    • vos sources svp

    • Si c’était confirmé, ce serait la plus stupide, la plus anti-nationale des décisions : mettre les bijoux de famille à l’étranger, c’est considérer les G. J. comme des envahisseurs étrangers.

    • Ce monsieur, sensé être le président de la France, aurait alors commis un acte de haute trahison…

  4. Un “posteur” sur Sputnik”
    Y a pas de fumée …….. comme on dit
    avec macron , les Français peuvent s’attendre à tout !