Comme le chantait Francis Cabrel : « Et ça continue encore et encore / C’est que le début, d’accord, d’accord ». Cette fois, c’est l’ancien responsable du MJS (Mouvement des Jeunesses Socialistes), Thierry Marchal-Beck, qui est accusé par huit femmes d’agression sexuelle. Leur témoignage a été publié le 14 novembre dans le quotidien d’extrême gauche Libération. Le plus cocasse, c’est que c’est le même individu qui, par l’entremise du MJS, avait lancé une campagne de diffamation contre la Manif pour tous avec l’affiche ci-dessous qui prend tout son sel avec les révélations suivantes :

Bien entendu, l’immonde tartuffe passait son temps à dénoncer le patriarcat, n’hésitant jamais à mettre en avant ses convictions en la matière. Ainsi, lors de son dernier discours de président du MJS en 2013, à l’université d’été du PS, on peut l’entendre imaginer la France de ses rêves de 2025. Il disait alors : « La plus grande révolution de la  France de 2025, c’est que la nation est devenue un symbole de l’égalité femmes-hommes à travers le monde.(…) On ne compte plus les crèches, les bâtiments  publics, s’appellent Olympe de Gouges, Suzanne Lacore, Yvette Roudy, Simone Veil, Najat Vallaud-Belkacem. En 2025, l’égalité salariale est la norme (…) Les violences faites aux femmes reculent même si elles demeurent un fléau ». Eliminer Marchal-Beck serait déjà une étape… A Strabourg, en 2011, il disait déjà : « Etre jeune socialiste, c’est être un militant de l’universalité des droits. C’est pour cela que nous sommes militants féministes et LGBT »… Comme son collègue Baupin, le vert pas galant, Marchal-Beck serait bien aviser de méditer ce dicton américain : « Prêcheur, applique ton sermon ! ».

Il serait bien, un jour où les gens de droite auront accès au cinéma, de faire un film montrant les tenants du Nouvel Ordre Moral côté pile, se lancer dans leurs prêches sur le féminisme, et côté face, leur vrai visage, celui de prédateurs et d’hypocrites. Mais on savait déjà depuis Nietzche et Lebon que les gens de gauche sont souvent des crapules, indignes de la moindre confiance et, partant, de la moindre fonction.

Hristo XIEP

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Un livre magnifique : Du mépris de la mort

Textes sur la mort, la sépulture et le deuil.

DU MEPRIS DE LA MORT – Textes de Démétrios Kydonès, saints Augustin, Thomas d’Aquin et Grégoire de Nysse sur la mort, la sépulture et le deuil présentés par l’Abbé Olivier Rioult aux éditions saint-Agobard.

 

%d blogueurs aiment cette page :