L’africaniste Bernard Lugan, expert auprès du Tribunal Pénal International pour le Rwanda, fut professeur à l’Ecole de Guerre et aux Ecoles de Saint-Cyr-Coëtquidan. Il dirige la revue L’Afrique Réelle et a écrit plus d’une trentaine d’ouvrages consacrés à l’Afrique.

Il publie un remarquable ouvrage consacré au Général Paul Emil von Lettow-Vorbeck (1870-1964), personnage extraordinaire ayant commandé les troupes allemandes en Afrique orientale pendant la Première Guerre mondiale.

Sa carrière coloniale avait débuté en 1900, quand il fut affecté au contingent allemand envoyé en Chine pour y venger l’assassinat du chef de la légation allemande. Mais c’est en 1904 qu’il mit pour la première fois pied sur le continent africain, nommé aide de camp du général Lothar von Trotha au Sud-Ouest africain jusqu’en 1907. En avril 1913, il reçut le commandement des troupes coloniales de l’est africain allemand.

Dès le 8 août 1914, il tint tête aux attaques britanniques et obtint des victoires à Yassini (1915) puis à Kibata (1916). Mais de combat en combat, ses troupes se réduisaient comme neige au soleil. Totalement coupé de l’Europe, il ne pouvait obtenir le moindre renfort de troupes fraîches. Au mois de mars 1916, l’arrivée de plusieurs dizaines de milliers de soldats sud-africains l’obligea à changer de tactique, adoptant le repli offensif consistant à se dérober devant des troupes trop nombreuses, pour les attaquer ensuite par surprise. Mais bientôt il eut contre lui des dizaines de milliers de Britanniques, de Sud-Africains, de Belges et de Portugais. Sa retraite offensive le conduisit jusqu’au Mozambique, territoire portugais qu’il envahit au mois de novembre 1917. Enchaînant les victoires, il parvint à rééquiper sa Schutztruppe en armement moderne. Au mois de septembre 1918, menacé par une vaste offensive anglo-portugaise, il retourna en territoire allemand. A ce stade de la guerre, il lui restait moins de 200 Allemands et environ 2.000 askaris en état de combattre. Ce qui ne l’empêcha pas d’envahir la colonie britannique de Rhodésie !

Le 13 novembre 1918, il apprit qu’un armistice avait été signé en Europe et Berlin lui ordonna de se rendre, ce qu’il refusa, n’acceptant que de déposer les armes en soldat invaincu. Le valeureux général négocia alors avec le commandement britannique, lui faisant comprendre qu’il pouvait encore combattre durant deux années. Durant quatre années, conduits par un chef de guerre exceptionnel surnommé le Lion d’Afrique, les troupes coloniales allemandes avaient résisté à plus de 200.000 soldats alliés, en avaient tué 20.000 et blessé 40.000.

Rentrés en Europe à bord d’un navire britannique, les survivants de la petite armée furent accueillis triomphalement à Berlin le 2 mars 1919. Le repos ne fut que de courte durée. Dès le mois d’avril 1919, le général von Lettow-Vorbeck prit le commandement d’une Division de volontaires pour combattre les bolcheviques. Après l’échec du putsch Kapp le 15 mai 1920, von Lettow-Vorbeck fut mis à la retraite.

Ce livre nous fait vivre cette fantastique épopée. Bernard Lugan nous décrit avec brio les faits d’armes de chef admiré auquel les askaris, soldats indigènes, avaient donné le nom de Bwana mukubwa ya akili mingi, “le grand homme qui peut tout”.

Richement illustré de documents rarissimes (200 photos et cartes), ce très beau livre ravira tous les passionnés d’histoire militaire et tous les amateurs d’aventures épiques.

Heia Safari ! Général von Lettow-Vorbeck, Bernard Lugan, éditions Bernard Lugan, 294 pages, 30 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. Alexandre Sanguedolce says:

    Je recommande du même auteur Cette Afrique qui était allemande.

  2. Guillaume Ancel, ex-officier de l’armée française, dénonce le rôle monstrueux de la France durant le génocide au Rwanda (1994) : https://www.youtube.com/watch?v=rbhT_de969M

    M. Ancel est l’auteur d’un livre intitulé “Rwanda, la fin du silence”. Bernard Lugan, lui, prétend que l’armée française s’est très bien comportée durant ce génocide.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

2350 récoltés 32.650 € manquants

2350 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 32.650 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !