En hommage à l’historien Jean de Viguerie, rappelé à Dieu ce 15 décembre 2019, nous vous proposons de (re)voir cette vidéo tournée en 2013 dans les locaux de Radio Courtoisie.

Cette vidéo nous permet de retrouver également notre regretté docteur Luc Perrel qui fait parler Jean de Viguerie sur un sujet non traité jusque là : l’avortement sous l’Ancien Régime.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 commentaires

  1. Déclarer qu’on est enceinte sinon on risque la peine de mort… Et bien, je suis content que cette époque soit révolue.

  2. Jean de Viguerie fut aussi un soutien inconditionnel du grand évêque Mgr Lefebvre qui fut l’Athanase du 20ème siècle, véritable sauveur de la Foi catholique détruite par Vatican II. Ce diabolique concile aurait absolument tout détruit sans l’action de Mgr Lefebvre. Dès 1976 M de Viguerie soutenait Mgr Lefebvre dans une déclaration signée par 30 universitaires catholiques.
    Voici le texte d’une conférence de Jean de Viguerie prononcée le 02/10/2005 lors des journées de la Tradition.
    “Mgr Lefebvre est un personnage sans précédent. Certes il y avait eu Athanase, mais l’arianisme auquel s’opposait Athanase était une hérésie déclarée, reconnaissable. Le néo-modernisme et le libéralisme auxquels s’affronte Mgr Lefebvre sont des erreurs masquées. Elles abusent un très grand nombre. Mgr Lefebvre les a dénoncées. Son mérite est d’autant plus grand.
    « Mon second commentaire a trait à la nature réelle de cette année 1976. Il y a dans tout moment de l’histoire, il y a ce que l’on voit, ce à quoi l’on attache de l’importance, et ce que l’on voit moins bien et qui est pourtant plus important. Dans cette année 1976 de Mgr Lefebvre, les commentateurs de l’époque ont vu surtout la persécution infligée au prélat, la “condamnation sauvage” (Madiran) dont il a été l’objet. Mais l’année a été aussi pour le prélat résistant l’occasion, je le redis, de manifester publiquement son attachement au sacerdoce et à la messe. L’année 1976 est donc une année en l’honneur de la messe, en l’honneur du prêtre. On a moins vu cela, mais c’est le plus important. Aujourd’hui nous assistons à un retour de la messe traditionnelle, retour lent certes, désespérément lent, mais progressif, mais réel. Et c’est une consolation pour nous qui avons vu cette messe bannie et bafouée. Or, à n’en pas douter, et même les historiens les plus hostiles à Mgr Lefebvre devront le reconnaître, son année 1976 est à l’origine de ce retour, elle est la source première de notre consolation présente. » .

    Merci M de Viguerie. Que Dieu vous accueille en son Paradis.