C’est confortablement abrité sous le dôme de fer israélien payé par les niais occidentaux que le meilleur ami de Bergoglio a décidé de s’en prendre directement aux millions de mécréants qui n’adhèrent pas à la religion covidiste. Profitant d’une tournée médiatique dans ses terres d’origine, Albert Bourla a en effet déclaré que quiconque doute du Covid, du « vaccin » ou du narratif officiel est un monstre dont le comportement criminel tue des milliards de personnes.

Bourla a décidé de passer à la vitesse supérieure et commence à menacer tout le monde en utilisant la technique de l’inversion accusatoire. En parlant des résistants, il déclare plein d’audace que :

«Ils savent très bien tout ce qu’il y a à savoir, ils en font simplement un mode de vie en faisant circuler cette désinformation, ce sont des criminels» assurant que les gens qui mouraient du Covid n’étaient «majoritairement pas vaccinés». «Des millions de personnes sont mortes à cause d’eux, de ce petit nombre de criminels», a-t-il insisté.

C’est bien entendu évident que le Covid est un mode de vie pour nous autres qui avons perdus tous nos droits sur ordre d’un marchand de tapis levantin. C’est tout aussi évident que recommander des tisanes d’Artemisia s’apparente à un génocide, alors qu’injecter un poison mortel expérimental n’ayant satisfait aucune mesure de pharmacovigilance est un acte d’amour.

Bien qu’ayant engrangé 36 milliards de dollars volés aux travailleurs du pays réel, le lauréat du prix Genesis 2022 commence sérieusement à perdre patience avec ces gens qui ne croient plus à ce bobard de virus mortel qui tue tout le monde. C’est d’ailleurs en vue de rafler les derniers innocents du continent que ce spéculateur New-Yorkais s’est allié avec l’infâme Bergoglio pour baragouiner ensemble des fadaises à propos de l’amour et de la solidarité, ce qui n’a évidemment pas été suivi d’effet notable.

C’est donc depuis l’Etat hébreu que cet individu s’est décrété commandeur suprême des démocraties occidentales, et c’est à ce titre qu’il exige dorénavant que chaque individu soit piqué 4 fois par an tant qu’il y aura des variants. La subtilité avec ce programme c’est qu’en plus de ne pas fonctionner, l’ARN messager créée des anticorps facilitants et des variants recombinants par le phénomène de pression de sélection.

Plus vous vaccinez avec ce poison, plus vous aurez d’échappement immunitaire et donc de variants. C’est en connaissance de cause qu’Olivier Véran a déclaré que le laissez-passer sérologique néolibéral serait d’application tant qu’il y aura des nouvelles versions du Rhume-19, c’est-à-dire pour toujours.

Maintenant que c’est officiel que c’est la succursale pharmaceutique de BlackRock qui contrôle le pouvoir temporel et spirituel en Occident, on ne comprend pas trop pourquoi il faudrait continuer à faire semblant d’avoir des droits civiques et jouer le jeu de la vie commune alors que nous sommes mis en situation d’apartheid.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :