Le juge au Tribunal pour mineurs de Rome, Melita Cavallo
Le juge au Tribunal pour mineurs de Rome, Melita Cavallo

Pour la première fois en Italie, deux hommes ont pu adopter le fils qu’ils ont eu avec la GPA au Canada. Le juge a contourné… la loi ! Et le parti au gouvernement, le Parti démocrate, revient à la charge : maintenant il faut la stepchild adoption, que le Parlement a refusé de voter… il y a à peine un mois.

Le juge au Tribunal pour mineurs de Rome, Melita Cavallo, qui a émis cette sentence le 31 décembre 2015 avant de quitter ses fonctions, a expliqué ainsi son choix : « La meilleure chose à faire est de ne pas rompre le lien qui s’est formé. » Et le lien qui s’est formé avec la mère pendant 9 mois ? Nul.

La sentence vient d’être publiée. Sans vergogne, elle fait fi du refus de l’adoption d’enfants par les couples homosexuels exprimé par les parlementaires lors de l’adoption, après des débats houleux, de la loi Cirinnà sur les unions de personnes de même sexe.

La stepchild adoption devient donc une réalité sans qu’il y ait de loi pour la réglementer. Le prochain pas sera donc, pour les tenants des droits Lgbt et le gouvernement en poste en Italie, d’obtenir une loi, sous couvert de protection des enfants dont l’adoption doit être protégée et réglementée.

Et ils nous parlent de démocratie !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :