A Bari, en Italie du Sud, submergée par l’afflux de clandestins, la réalité reprend ses droits, par-dessus les polémiques politiques, la bien-pensance et les accusations de racisme ! Dans le multi-ethnique Rione de la Libertà (avenue de la Liberté) le curé supprime la messe de minuit le jour de Noël parce qu’il a peur :

« C’est dangereux. Ici il y a le couvre-feu. »

Il a peur de tenir ouverte son église quand il fait nuit dehors, quand les bancs se vident et qu’il se retrouve seul à fermer les portes en regardant par-dessus son épaule. Il a assez peur pour se convaincre que cette année il ne célébrera pas la messe de minuit dans son église, en plein centre de Bari.

Il y a des lieux où le malaise n’est pas une vaine illusion. Comme

« ici, où après une certaine heure se déclenche le couvre-feu ».

« Ici » c’est le cœur du multi-ethnique quartier Liberté, zone populaire à forte densité d’immigrés et de voyous. C’est le vicaire de l’église Sainte-Cécile qui a été le premier à avertir, dans un langage qui se veut avant tout politiquement correct, que la messe de minuit n’aura probablement pas lieu parce qu’explique-t-il à cause des « nouvelles habitudes des habitants de Bari, il y aurait eu très peu de gens. » Métaphore pour ne pas énoncer la réalité crue, c’est-à-dire que l’heure tardive et le danger encouru dans le quartier découragent les gens de sortir de chez eux.

D’autres curés racontent bien cependant au Corriere del Mezzogiorno que

« le soir c’est devenu terrible. Nous avons tous peur, il y a peu de lumière. Il n’y a personne. Quelques fois j’ai vu des immigrés armés de bâtons. Nous cohabitons mais ce n’est pas facile ».

« On se donne du courage mais on se sent seul. »

Ces hommes d’Église, nonobstant leur activisme pour intégrer les immigrés comme le leur demande le pape François, semblent désormais prêts à jeter l’éponge tant le sentiment d’insécurité grandi.

Aujourd’hui c’est la messe de Noël qui saute, demain ce sera la messe d’une autre fête chrétienne… à cause des clandestins dont la majeur partie est mahométane. Début de la soumission…

Le maire de Bari a demandé des renforts au ministère de l’Intérieur italien afin que Sainte-Cécile soit ouverte à minuit le 25 décembre :

« Je suis peiné de lire ces déclarations qui ont la saveur d’une capitulation.Une seule église fermée la nuit de Noël ce serait une défaite pour la ville. »

Pas que pour la ville. Pour tous les catholiques !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :