Des graffitis antichrétiens ont été retrouvés ce dimanche sur un mur extérieur de l’Abbaye de la Dormition à Jérusalem. En mai 2014, dans cette même abbaye, du mobilier et des croix en bois avaient été brûlés lors d’un incendie criminel. Rappelons que c’est à cet endroit, situé sur le Mont Sion, à l’extérieur des murailles de la Vieille ville, qu’a eu lieu la Cène, le dernier repas de Jésus avec ses apôtres, au cours duquel fut instituée l’Eucharistie. Ce lieu est fréquemment attaqué par des Juifs religieux qui détestent le christianisme. Un autre incendie criminel avait endommagé l’Eglise de la multiplication des pains, sur les rives du lac de Tibériade en juin 2015. Des dizaines de tombes du cimetière d’un monastère chrétien à l’ouest de Jérusalem ont également été profanées, avait annoncé samedi dernier le patriarcat latin en exhortant les autorités israéliennes à juger les coupables. Et pendant ce temps, le pape François poursuit ses courbettes devant les rabbins sans plus parler du Christ. Ci-dessous le communiqué du patriarcat latin de Jérusalem :

Dimanche 17 janvier 2016

JÉRUSALEM – Ce dimanche 17 janvier 2016, l’Abbaye de la Dormition sur le Mont Sion a été l’objet d’un nouvel acte de vandalisme. Des slogans anti chrétiens – tels que « Que son nom (Jésus) et sa mémoire soit effacés » – ont été appliqués sur les portes et les murs du monastère bénédictin.

Trois semaines après les actes de vandalisme contre les Salésiens du couvent de Beit Gemal, un nouvel acte a eu lieu contre l’Abbaye du Mont Sion, à Jérusalem, un lieu important pour le dialogue interreligieux entre le Judaïsme et le Christianisme.

Quelques uns des slogans écrits sur les portes et les murs de l’Abbaye mentionnaient : « mort aux païens chrétiens, les ennemis d’Israël », « Que son nom (Jésus) et sa mémoire soit effacés », ou « les chrétiens en enfer ».

Le Patriarcat condamne très fermement cette agression et rappelle que le seul remède face à un tel acte est de contrôler l’éducation donnée dans les écoles où ces jeunes ont été formés, et de surveiller ceux qui incitent à l’intolérance envers les chrétiens.

Il est regrettable que de tels épisodes de haines viennent 50 ans après « Nostra Aetate », qui a ouvert le dialogue interreligieux entre l’Église Catholique avec les autres religions, et tourné une nouvelle page entre l’Église Catholique et le Judaïsme.

Nous espérons que les auteurs de cette agression seront arrêtés avant de mettre leurs menaces a exécution.

Patriarcat Latin de Jérusalem

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :