Sanctoral

Saint Tite, Évêque et Confesseur

Saint Tite naquit de parents idolâtres et dut sa conversion à saint Paul. La sainteté, le zèle, la vie admirable de celui que le grand Apôtre appelait son fils et qu’il appela bientôt son frère fit qu’il l’associa à son ministère; il le choisit comme son interprète auprès des Grecs.  Il n’est rien de touchant comme les expressions pleines de tendresse et d’affection dont il se sert chaque fois que dans ses lettres il parle de son disciple. Étant venu à Troade pour les intérêts de l’Évangile, il nous dit qu’il n’eut point l’esprit en repos parce qu’il n’y trouva pas ce frère aimé. Ailleurs il s’exprime en ces termes: “Celui qui console les humbles, Dieu, nous a consolé par l’arrivée de Tite.” Nous voyons aussi Tite accompagner son maître à Jérusalem et assister avec lui au premier Concile. C’est alors que les Juifs convertis voulurent le forcer à se faire circoncire et qu’il réclama, en refusant avec énergie, la liberté de l’Évangile pour lui et les gentils.  Des divisions et des scandales s’élevèrent dans l’Église de Corinthe; pour les faire cesser, saint Paul envoya son fidèle disciple qui l’avait suivi à Éphèse. Tite fut accueilli avec respect et vénération par l’Église de Corinthe, il remit tout dans l’ordre, et, après avoir fait un bien immense à la chrétienté, il vint rejoindre saint Paul en Macédoine et lui rendre compte de sa mission et de ses heureux résultats. Le maître, heureux et content, renvoya, quelques temps après, le disciple à Corinthe porter les aumônes qu’il avait recueillies lors de son premier voyage et pour préparer les esprits des fidèles à recevoir quelques Macédoniens que saint Paul se proposait de leur mener lui-même.  Six années durant, Tite accompagna saint Paul dans ses voyages, prêchant l’Évangile avec lui et déployant un zèle infatigable pour gagner des âmes à Jésus-Christ. Quand, après sa sortie de prison, en 63, saint Paul eut évangélisé l’île de Crète, il y laissa Tite pour continuer son oeuvre. En 64, saint Paul, qui ne pouvait se passer de Tite et qui avait besoin de lui pour l’édification des Églises nouvellement fondées, lui écrivit, dans le courant de l’automne, la lettre que nous avons à son adresse; il lui mandait de partir aussitôt que seraient arrivés ceux qu’il envoyait pour le remplacer et de venir le rejoindre à Nicopolis en Épire, où il devait passer l’hiver. Nous le retrouvons en 65, prêchant l’Évangile aux Dalmates. Après la mort de saint Paul il retourna en Crète, gouverna sagement cette Église et évangélisa toutes les îles voisines. Plein de mérites et de jours, il s’endormit dans le Seigneur, à l’âge de quatre-vingt-quatorze ans vers l’an 100. Son tombeau est dans sa ville épiscopale de Gortina, en Crète ; son chef est à Venise. Pie IX a fixé la célébration de sa fête au premier jour libre après le 4 janvier. A la messe de saint Tite, qui est celle des évêques, on a donné une oraison spéciale où l’on insiste sur ses vertus apostoliques. Son tombeau est dans sa ville épiscopale de Gortina, en Crète ; son chef est à Venise.

Sainte Dorothée, Vierge et Martyre

Dorothée, vierge de Césarée en Cappadoce, fut arrêtée par ordre d’Apricius, gouverneur de cette province, parce qu’elle confessait le nom de Jésus-Christ, et on la livra à deux sœurs, nommées Crysta et Callista, qui avaient abandonné la foi, afin qu’elles la fissent changer de résolution. Mais ce fut elle au contraire qui fit revenir les deux sœurs à leur ancienne foi ; c’est pourquoi elles furent jetées dans une chaudière, où elles périrent par le feu. Le gouverneur fit étendre Dorothée sur le chevalet ; mais il n’en obtint que ces paroles : « Jamais, dans toute ma vie, je n’ai goûté un bonheur pareil à celui que j’éprouve en ce moment. » Il ordonna donc de brûler des torches ardentes, les flancs de la vierge avec puis de la frapper longtemps au visage, enfin de lui trancher la tête. Comme on la menait au supplice, elle dit ces paroles : « Recevez mes actions de grâces, ô ami des âmes, qui avez daigné m’appeler aux délices de votre Paradis. » Un certain Théophile, officier du gouverneur, l’entendit, et se moquant de la vierge : Eh bien ! dit-il, épouse du Christ, envoie-moi du jardin de ton époux des pommes ou des roses. » Et Dorothée lui répondit : « Je le ferai certainement » Avant de recevoir le coup de la mort, ayant obtenu la permission de prier quelques instants, un enfant de la plus grande beauté apparut tout à coup devant elle, portant dans un linge trois pommes et trois roses. La sainte lui dit : « Portez, je vous prie, ceci à Théophile. » Elle eut ensuite la tête tranchée, et elle alla se réunir au Christ vers 311 à Césarée de Cappadoce. Au moment même où Théophile racontait, en se jouant, à ses compagnons la promesse que Dorothée lui avait faite, voici que l’enfant se présente devant lui portant dans le linge trois pommes des plus belles, et trois roses des plus vermeilles, et lui dit : « Selon ta demande, la très sainte vierge Dorothée t’envoie ceci du jardin de son époux. » Comme on était au mois de février, et que la gelée sévissait sur toute la nature, Théophile fut saisi d’étonnement, et, en recevant ce qu’on lui présentait, il s’écria : « Le Christ est vraiment Dieu. » Cette profession publique de la foi chrétienne l’exposait à un cruel martyre, et il le souffrit courageusement.

Martyrologe

Saint Tite, évêque de Crète et confesseur, dont l’anniversaire est mentionné la veille des nones de janvier (4 janvier).

A Césarée de Cappadoce, l’anniversaire de sainte Dorothée, vierge et martyre. Sous Saprice, gouverneur de cette province, elle fut d’abord étendue sur le chevalet, puis très longtemps souffletée, et enfin condamnée à la peine capitale. Témoin de son supplice, un rhéteur nommé Théophile se convertit à la foi du Christ; il fut aussitôt très violemment tourmenté sur le chevalet et périt enfin sous le glaive.

A Emèse, en Phénicie, saint Silvain évêque. Après avoir gouverné cette église pendant quarante ans, il fut, sous l’empereur Maximien, exposé aux bêtes avec deux autres chrétiens, eut les membres arrachés, et reçut ainsi la palme du martyre.

Le même jour, les saints martyrs Saturnin, Théophile et Révocate.

Dans la cité des Arvernes (auj. Clermont-Ferrand), en Gaule, saint Antholien martyr.

A Arras, en France, saint Vaast, évêque de cette même ville, dont la vie et la mort furent illustrées par de nombreux miracles.

A Elnone, en France, saint Amand, évêque de Maëstricht; il resplendit de gloire par les miracles opérés pendant sa vie et après sa mort. Dans la suite, son nom fut donné à la localité où il avait fondé un monastère et terminé sa vie mortelle.

A Bologne, saint Guérin, cardinal et évêque de Palestrina, remarquable par la sainteté de sa vie.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :